Better Place, partenaire de Renault, en faillite

le
0
Le spécialiste de l'échange de batteries pour véhicules électriques a englouti 850 millions de dollars.

C'est l'une des premières sorties de route spectaculaires sur le marché balbutiant de la voiture électrique. Considérée par certains comme un pionnier visionnaire et par d'autres comme l'instigateur d'une vaste fumisterie, la société israélo-américaine Better Place, inventeur d'un système d'échange automatique de batteries pour véhicules électriques, a annoncé qu'elle allait demander sa liquidation judiciaire.

Partenaire de Renault en Israël et au Danemark, l'entreprise, créée par Shai Agassi en 2007, a englouti 850 millions de dollars dans l'aventure. Plus aucun investisseur, y compris son principal actionnaire, le fonds Israël Corporation, n'était prêt à injecter de nouveaux capitaux. Better Place avait construit 38 stations d'échange de batteries en Israël et 18 au Danemark. En 2009, la start-up et le constructeur français, qui lui fournissait des F...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant