Bettencourt : les mis en examen retiennent leur souffle

le
0
La Cour d'appel de Bordeaux dira mardi matin si elle valide ou non l'instruction du juge Gentil, et la mise en examen de Nicolas Sarkozy.

Une partie de l'avenir judiciaire de Nicolas Sarkozy se joue ce mardi matin à Bordeaux: les magistrats de la Cour d'appel doivent dire s'ils valident ou non l'instruction du juge Gentil qui a mené à la mise en examen de l'ancien chef de l'État et de 11 autres personnes - dont l'homme d'affaires Stéphane Courbit, l'ancien ministre Éric Woerth ou le photographe François-Marie Banier- toutes accusées d'avoir profité d'un état de faiblesse de Liliane Bettencourt.

Si jamais cette instruction n'était pas validée, le dossier pourrait s'effondrer par pans entiers. Ainsi les mis en examen espèrent-ils beaucoup de cette décision, qui, selon son périmètre, pourrait épargner aux uns ou aux autres un renvoi en correctionnel.

Expertise contestée

Les avocats ont concentré leurs critiques sur la régularité de l'expertise...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant