Bettencourt : les écoutes clandestines recevables

le
0
Ces enregistrements, réalisés par le majordome de l'héritière de L'Oréal, avaient donné en 2010 à l'affaire Bettencourt un tour politico-financier dépassant très largement le cadre familial.

La voie est libre pour l'enquête sur le volet politique et financier de l'affaire Bettencourt. La Cour de cassation a approuvé, mardi, la «valeur probante» des enregistrements pirates du majordome de la milliardaire, qui ont fait basculer le scandale de son cadre familial. Remises à la police mi-2010, ces 21 heures de conversations constituent la base du volet financier de l'affaire Bettencourt et ont abouti au départ du gouvernement d'Eric Woerth en novembre 2010. Les enquêtes diligentées à Bordeaux peuvent donc se poursuivre.

Liliane Bettencourt, sous tutelle depuis octobre, estimait que ces écoutes n'étaient pas recevables car elles constituaient une violation de sa vie privée. Elle contestait la décision de la cour d'appel de Bordeaux, qui en juin avait approuvé ces enregistrements et la procédure en découlant. Suivant la jurisprudence, la Cour de cassation a jugé mardi qu'une pièce à conviction, même obtenue par des moyens frauduleux, est recevable, dès lors q

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant