Besson : «La solidarité gouvernementale doit être totale»

le
0
INTERVIEW - Pour Éric Besson, si Sarkozy décidait de changer de premier ministre, ce ne serait pas «un désaveu de Fillon».

Le Figaro. - Le gouvernement a-t-il gagné la bataille des retraites?

Éric BESSON. - Ce sont les Français qui l'ont gagnée, et particulièrement les plus modestes. Ce sont eux qui vont profiter de la réforme. Nous vivons plus longtemps. Il était indispensable de nous adapter à cette situation. Le gouvernement issu des urnes en 2017 aura, pour la première fois depuis des décennies, la perspective d'être face à un système de retraite à l'équilibre en 2018.

Avez-vous trouvé le PS convaincant?

Le Parti socialiste a été à la traîne du mouvement social, incapable de formuler des propositions claires. En fait, le PS s'est attaqué au principe même de la répartition en proposant une réforme non financée. Cela signifie que, dans l'esprit du PS, c'est l'impôt qui aurait payé les 30 à 40 milliards d'euros à trouver. Une nouvelle fois, les socialistes se sont moqués de ceux qu'ils entendent défendre.

Faut-il ouvrir une nouvelle page du quinquennat?

Il y aura une nouvell

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant