Besiktas-OL : non, l'ambiance de feu dans les stades turcs n'est pas un mythe

le , mis à jour à 17:07
0
Besiktas-OL : non, l'ambiance de feu dans les stades turcs n'est pas un mythe
Besiktas-OL : non, l'ambiance de feu dans les stades turcs n'est pas un mythe

«Bien sûr qu'il y a de l'ambiance, mais comme au Parc OL. Il faut arrêter de filer la trouille aux joueurs», déclarait le président de l'Olympique lyonnais, Jean-Michel Aulas, le 12 avril dernier, dans les colonnes du Progrès. Ça, c'était avant le match aller de Ligue Europa contre le Besiktas Istanbul et les débordements qui ont tristement marqué la rencontre. Alors, ce jeudi, à quelques heures du coup d'envoi du match retour à Istanbul, les propos du président lyonnais résonnent de façon étrange. Y croit-il lui-même ?

 

Tout amateur de football le sait : l'ambiance d'un stade turc,en particulier à Istanbul, est loin d'être «comme au Parc OL». Les antres stambouliotes sont des enfers sonores. Au point que plusieurs d'entre eux ont décroché par le passé le record du monde du stade le plus bruyant. En 2013, à l'occasion du dernier match du club au BJK ?nönü, le bouillant public de Besiktas a ainsi atteint 141 décibels, d'après le Guiness Book des records. Soit l'équivalent d'un avion au décollage. C'est également 10 décibels de plus que le précédent record mondial établi deux ans plus tôt par... leurs rivaux du Galatasaray, autre club mythique de la mégalopole du Bosphore.

 

VIDEO. Le record du public sportif le plus bruyant établi par les fans du Besiktas en 2013 (à partir de 1'00") :

«Je ne pouvais même pas m'entendre penser»

 

En 2009, de retour du stade ?nönü pour disputer un match de Ligue des champions contre le Besiktas, le gardien de but de Manchester United, Ben Foster, ne cachait pas sa stupéfaction. «Il y a eu un moment en seconde période où les fans chantaient tellement que je ne pouvais même pas m'entendre penser, confiait-il à l'époque à Sky Sports. C'est une expérience quelque peu effrayante et désorientante».

 

Si le Besiktas joue désormais dans un stade flambant neuf, le Vodafone Arena, construit en lieu et place de l'ancien ?nönü, l'ambiance n'est ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant