Bertrand et Copé s'opposent sur l'idée d'une TVA sociale

le
0
Le patron de l'UMP redoute qu'une hausse de la TVA, évoquée par Jean-François Copé, coûte des dizaines de sièges à la droite aux prochaines élections, comme lors des législatives de 2007.

Après les petites phrases lors des journées parlementaires de Biarritz, la bataille sur le permis à point, tout semble désormais prétexte à alimenter la guerre de succession entre Xavier Bertrand et Jean-François Copé. Directement menacé par le patron des députés UMP, qui brigue ouvertement son poste, le secrétaire général de l'UMP s'est employé mercredi à démonter méthodiquement ses propositions.

A commencer par l'introduction d'un TVA sociale, qu'a soutenue le député-maire de Meaux dans les colonnes du Figaro. Préférant parler de «TVA anti-délocalisation», Jean-François Copé assure que «si on augmente la TVA et si on baisse parallèlement les cotisations sociales employeurs et salariés, on fait reculer notre coût du travail, donc on favorise l'emploi dans le pays tout en faisant contribuer les importations aux ressources de la sécurité sociale».

«Ca nous a coûté 50 sièges»

Mais il y a un précédent que personne n'a oublié à l'UMP. Entre les

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant