Bertrand Delanoë accusé de financer la CGT à Paris

le
0
La Ville de Paris est accusée de financer des heures syndicales au bénéfice de la CGT, à travers la rémunération de postes chargés officiellement d'aider ses agents dans leurs démarches auprès de la Sécu. La municipalité dénonce une «information grossièrement erronée».

Une nouvelle tuile pour Bertrand Delanoë, qui vient déjà d'être épinglé dans deux rapports de la Chambre régionale des comptes, l'un sur sa politique en matière de logement social et l'autre sur les ressources humaines de la Ville. Le maire PS de la capitale va mercredi devoir se justifier sur le financement par la Ville de Paris, à hauteur de plus d'un million d'euros par an, de postes de «correspondants sociaux» désignés par une Mutuelle complémentaire de la Ville de Paris (MCVPAP), pour accompagner les agents dans leurs démarches auprès de la Sécurité sociale. Ces heures «mutuelles» qui correspondent à une bonne trentaine d'équivalent temps plein, outre qu'elles sont illégales depuis le 1er juillet 2007, seraient en fait des heures «syndicales» utilisée au bénéfice de la CGT.

Une affaire déterrée par le mensuel Capital de novembre dans un article sur «l'incroyable dérive financière de la mairie de Paris».

En 2005, un rapport de l'Inspection génér

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant