Berodia, le taxi ne passe qu'une fois

le
0
Berodia, le taxi ne passe qu'une fois
Berodia, le taxi ne passe qu'une fois

Formé au Real Madrid, Gerardo Berodia a vu sa carrière interrompue par une blessure tout aussi grave que rare : une tumeur au pied. Après trois ans de traitement, le gaucher a repris le football dans les divisions inférieures espagnoles avant un transfert en Bolivie. Devenu idole du club de Wilstermann, Berodia est revenu en Espagne après le grave accident de son fils. Aujourd'hui, il est chauffeur de taxi et amateur dans un club madrilène. Retour sur une carrière tumultueuse.

C'est une blessure qui semble banale. Une douleur à la cheville, qui devait l'éloigner des terrains quelques semaines. Gerardo Berodia a quinze ans et se balade sur les terrains d'Espagne avec le maillot du Real Madrid. Un an auparavant, alors que la cantera de la Maison Blanche remporte un tournoi de jeunes à Paris, Berodia est élu meilleur espoir d'Europe. Le jeune joueur est même sponsorisé par Nike, chose rare pour un jeune footballeur à cette époque. Mais les douleurs à la cheville persistent. Les diagnostics des radios diffèrent. On lui conseille une période de repos. Problème, l'adolescent peut à peine poser le pied au sol. Après plusieurs examens, la sentence tombe. Gerardo Berodia, coéquipier et ami de Casillas au centre de formation du Real Madrid, souffre d'une tumeur au pied. Une blessure rare et grave, qui met sa carrière en danger.

Trois ans de soins


Alors qu'un médecin avance même une amputation du pied, la famille recherche d'autres solutions. "Je n'avais jamais vu mon père pleurer. Ce jour-là, je l'ai vu. Il m'a expliqué qu'on devait m'enlever l'os, ou m'amputer le pied. Mais il était déterminé à trouver une autre solution pour que je continue ma carrière." Le Real Madrid ne pouvant pas prendre en charge le traitement, les proches de Berodia s'envolent vers les États-Unis. "Je dois tout à un médecin américain. Il m'a dit qu'ils essaieraient de nettoyer mon os, ou de me faire une greffe osseuse. À ce moment, je ne pensais plus au football. J'ai juste dit au médecin que je voulais au moins pouvoir courir pour rattraper le bus." La promesse du Real est finalement soignée. Une période très difficile, qu'évoque aujourd'hui l'Espagnol : "À cet âge, tu n'es pas prêt pour une telle blessure. Surtout quand tout marche pour toi, quand tu rêves d'une carrière professionnelle, surtout au Real Madrid."

La tumeur résorbée, Berodia doit observer une très longue période de trois ans de récupération. Alors qu'il retouche le ballon, l'ancien numéro dix des jeunes du Real souffre : "C'était très difficile. Je n'avais plus de force dans la jambe. C'était un processus très lent. Petit à petit, j'ai retrouvé mon niveau, j'ai parcouru toutes les catégories." Le gaucher passe du rêve d'une carrière prospère au football amateur espagnol. El Álamo, Pinto, Navalcarnero, Zamora, Ponferradina, Conquense et CD Lugo, le…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant