Bernard Laporte : " Il n'y a que les cons qui sont inquiets "

le
0
Bernard Laporte : " Il n'y a que les cons qui sont inquiets "
Bernard Laporte : " Il n'y a que les cons qui sont inquiets "
Après la victoire de son équipe face au Racing-Métro, qui vient après deux défaites d'affilée, au Stade Français et à Montpellier, Bernard Laporte n'a pas été tendre avec ceux qui ont estimé que son équipe était en fin de cycle.

Bernard Laporte, qu'avez-vous pensé de l'avant-match ?
J'ai rarement eu d'émotions aussi fortes dans un stade. C'était amplement mérité pour ceux qui nous ont quittés, il y a eu une véritable solidarité de tous. Et ça montre que le sport est capable de rassembler, de fédérer. Le fait que les joueurs se soient mélangés, je ne sais pas qui a eu l'initiative de tout ça, mais c'était très fort. C'est une bonne image pour notre sport, mais on n'est pas là pour chercher une image. Ça montre bien qu'ils avaient envie de leur rendre hommage, c'est aussi simple que ça.

Et qu'avez-vous pensé du match ?
On ne peut pas dire qu'on ait fait 80 minutes de même niveau. On a eu un quart d'heure de flottement, avec des petites erreurs individuelles qui nous font sortir du match. Mais j'ai bien aimé la réaction, le non-affolement de l'équipe, qui s'est bien reprise, qui a remis la main sur le ballon. La conquête a été meilleure en deuxième mi-temps. Après, on a joué aussi une équipe d'un bon niveau, ce sont des gros matchs, comme c'était le cas à Montpellier. J'estime que Montpellier, le Racing, Toulon, ça se vaut tout ça.

« Hernandez, c'est un patron »

Avez-vous été inquiet après ces deux défaites d'affilée ?
Je n'ai jamais été inquiet. Il n'y a que les cons qui sont inquiets, ou ceux qui ne comprennent rien. Certains ont dit « c'est une fin de cycle » ou je ne sais pas quoi. Des fins de cycle comme ça, donnez-moi en beaucoup, sincèrement (sourire). Car qu'est-ce que ça va être, le nouveau cycle, alors ? Il va falloir un stade de  200 000 personnes, on va se régaler. Les Racingmen nous ont donné un peu de force aussi, parce que toute la semaine on a parlé de leurs déclarations, ça nous a motivés, et ça nous a bien aidés aussi.

Juan Martin Hernandez vous-a-il satisfait pour son premier match ?
Il s'en est très bien sorti. Bien, ce n'est pas gentil pour lui. S'il y avait 30 Hernandez sur le terrain, je crois que le rugby aurait 1 million de licenciés. Ça me fait plaisir qu'il ait retrouvé son niveau. C'est un patron. C'est quelqu'un qui a de l'expérience, qui se noie vite dans un collectif, car il a la stature, le charisme. C'est un grand joueur, mais je n'en ai jamais douté. Après, comme tous, il a dû avoir des passages à vide, mais je n'ai pas suivi sa carrière de A à Z. Le talent, ça ne se perd pas, donc à partir du moment où tu retrouves l'intégrité physique, le talent est là. Il joue juste, il est physique, il a tout.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant