Bernard Cazeneuve : "Manuel Valls reste un homme de gauche"

le
0
Les propos de Manuel Valls sur les Roms n'en finissent pas d'agiter le gouvernement.
Les propos de Manuel Valls sur les Roms n'en finissent pas d'agiter le gouvernement.

Alors que les ministres anti-Valls, Benoît Hamon, Christiane Taubira et Arnaud Montebourg, critiquait mezza voce les propos sur les Roms du ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve lui apportait son soutien au Grand Rendez-vous Europe 1-iTélé-Le Monde dimanche. "Lorsque le ministre appelle à la fermeté en même temps qu'à l'intégration et au travail en commun des pays de l'union européenne, il ne dit rien d'autre que ce qu'il y a dans la circulaire du Premier ministre", a déclaré le ministre du Budget. Manuel Valls s'était attiré les foudres d'Arnaud Montebourg, puis de sa collègue du Logement Cécile Duflot, avant les critiques plus indirecte du ministre de l'Economie sociale et solidaire, à l'université de rentrée du mouvement Un monde d'avance à Vieux-Boucau dans les Landes. Plus offensif, le député Henri Emmanuelli avait même lancé à Manuel Valls à la tribune "Être de gauche, ça ne se proclame pas ça se prouve""S'éloigner des postures"

"Il faut qu'il y ait un équilibre, il faut qu'il y ait à la fois de l'humanité et que la République soit capable d'intégrer", a répondu dimanche Bernard Cazeneuve, estimant que Manuel Valls "reste un homme de gauche". "Le problème des Roms, comme l'ensemble des sujets qui relèvent de nos relations avec l'étranger, avec l'autre, renvoie à ce que la République a de plus essentiel, fondamental, qui doit nous conduire à nous éloigner des postures pour interroger ses valeurs", a-t-il ajouté....

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant