Bernard Cazeneuve au Maroc ce week-end

le
0
Bernard Cazeneuve au Maroc ce week-end
Bernard Cazeneuve au Maroc ce week-end

S'étant réchaufées récemment après un an de désamour diplomatique, les relations entre le Maroc et la France semblent maintenant retrouver le beau fixe. Lundi dernier déjà, un entretien d'une heure a marqué les retrouvailles à l'Elysée, entre le roi du Maroc, Mohamed VI, qui était en France en visite privée, et le président François Hollande. Samedi, jour de Saint-Valentin, le chef de l'Etat français va envoyer de l'autre côté de la Méditerranée son ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve. Une source officielle a indiqué que la visite ministérielle se prolongerait dimanche.

A l'issue de leur rencontre, un communiqué avait précisé que les chefs d'Etat avaient convenu d'un «programme intense de visites ministérielles» pour préparer une «prochaine réunion de haut niveau» entre leurs gouvernements.

La visite de travail de Bernard Cazeneuve succède à la rencontre à Paris, il y a dix jours, entre les ministres de la Justice des deux pays et qui s'était soldée par un accord sur la coopération judiciaire, interrompue à la demande du Maroc il y a près d'un an. Signe de ce réchauffement, le Quai d'Orsay avait annoncé la préparation d'une visite officielle prochaine du ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, à Rabat. A moins que son homologue marocain effectue avant lui une visite à Paris, a t-on indiqué au Quai d'Orsay.

La brouille entre les deux pays, née d'un incident diplomatique lié à la convocation par la justice française d'un responsable des renseignements marocain qui se trouvait à Paris, en février 2014, accusé de tortures par une association, semble aujourd'hui dépassée. La visite annoncée de Bernard Cazeneuve est la première visite d'un haut responsable français au Maroc depuis cet incident. Une visite qui portera notamment sur la sécurité et la lutte contre le terrorisme.

La France et le Maroc comptent plus d'un millier de ressortissants chacun - dont une part de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant