Bernadette Chirac : Mamy fait de la résistance

le
0
Bernadette Chirac à Tulle, le 31 mars 2011
Bernadette Chirac à Tulle, le 31 mars 2011

Bernadette Chirac est "très vexée". Dans le cadre de la réforme territoriale, François Hollande va supprimer son canton de Corrèze et ne l'a "pas du tout consultée" avant. Selon le redécoupage prévu, la nouvelle carte cantonale corrézienne serait constituée de 19 circonscriptions au lieu des 37 actuelles. Le domaine de Mme Chirac, au nord de Tulle, où elle est élue sans discontinuer depuis 1979, serait "purement supprimé, partagé en trois lopins de terre accrochés à des territoires qui n'ont rien à se dire".

Dans un entretien au quotidien La Montagne, la conseillère générale de Corrèze s'insurge donc contre ce projet qu'elle considère comme "une volonté de (l)'attaquer personnellement, en remettant en cause tout le travail (...) accompli au cours de (ses) mandats". "On le coupe en trois pour agrandir les autres cantons, pour qu'ils bénéficient du travail que j'ai mené pendant trente ans", s'insurge-t-elle, souhaitant pour sa part le regroupement "des cantons de Corrèze, Bugeat et Treignac. Ils ont une forte et même identité, celle du massif des Monédières. Cette nouvelle unité aurait une vraie cohérence territoriale.""Tenace", Bernadette Chirac indique avoir notamment été reçue par François Hollande, ancien élu de Corrèze, qui a dû s'expliquer pendant quarante minutes. Elle a aussi rendu visite pendant une heure au ministre de l'Intérieur, Manuel Valls. Une opposition qui embarrasse le gouvernement, qui ne l'avait pas...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant