Bernabéu et Camp Nou, les premières fois

le
0

Avec un format qui annihile presque toute chance d'exploit, la Copa del Rey sert avant tout les intérêts des grands d'Espagne. Malgré tout, les clubs de seconde zone qui affrontent FC Barcelone et Real Madrid peuvent se targuer de fouler les pelouses du Camp Nou et du Santiago Bernabéu. Retour sur ces premières fois avec quelques témoins privilégiés.

Loin des strass, des paillettes et de la Liga Santander, les divisions inférieures d'Espagne regorgent de pensionnaires. Vingt-deux fanions en Segunda Division couplés à pas moins de 80 équipes pour le troisième échelon composent les deux antichambres de Primera et participent, chaque année, à la Copa del Rey, compétition qui ne rassemble pas, comme c'est le cas outre-Pyrénées, tous les clubs du pays. Avec son format aller-retour, la Coupe mise sur les duels à répétition du FC Barcelone et du Real Madrid pour attirer un maximum de téléspectateurs et gonfler ses droits télés. Autant dire que les deux clubs qui tirent les boules blaugrana et merengue en seizièmes de finale, tour d'entrée des membres de Liga, s'attendent à enregistrer une taule, mais aussi "à découvrir le Santiago Bernabéu ou le Camp Nou", dixit Ruben de la Barrera, entraîneur de la Cultural y Deportiva Leonesa, en déplacement ce mercredi dans l'antre de Chamartin, au journal local Diario de Leon: "Nous avions 98 % de chance d'être éliminé après le tirage au sort, et 99 % après le match aller (1-7 pour le Real, ndlr). Notre grande chance, c'est surtout de nous déplacer dans un stade mythique".

Tirer le Barça ou le Real ? "Le rêve de tous les petits clubs"


Quelques centaines de kilomètres plus loin, au nord-est de la péninsule ibérique, le Camp Nou fait autant rêver les clubs anonymes des championnats nationaux que le Santiago Bernabéu. Tant par la taille que par leur histoire, ces deux monstres de béton rendent "presque béats tous ceux qui viennent le découvrir", se rappelle Jairo Caballero, ancien joueur de Villanovense avec qu'il a foulé la pelouse barcelonaise lors de la précédente édition de la Copa del Rey. "On parle du plus grand stade du continent qui atteint presque les 100 000 places, embraye l'actuel milieu de terrain du CD Alcala. Plus encore que d'affronter les joueurs du Barça, c'est surtout le fait d'évoluer dans ce stade qui te marque. Même si le Barça nous est infiniment supérieur, il n'avait pas sorti sa grosse équipe.

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant