Berlusconi, un justiciable dans les allées du pouvoir

le
0
PORTRAIT - Le Cavaliere, qui a gouverné l'Italie pendant neuf ans, n'a jamais cessé de batailler contre ce qu'il dénonce comme « la République des juges ». Au point d'en faire le marqueur de sa vie politique.

Toute une carrière politique forgée dans le collimateur de la justice, dans un antagonisme sans égal en Europe. Et tout un pays pris depuis près de vingt ans en otage par les démêlés judiciaires d'un de ses principaux dirigeants. Silvio Berlusconi aurait-il connu le même destin, voire obtenu les mêmes succès, s'il ne s'était heurté à chacun de ses pas au «gouvernement des juges», à un troisième pouvoir judiciaire fortement politisé?

Le Cavaliere n'avait pas vocation à devenir victime de ce qu'il appelle une «persécution judiciaire». Ses débuts étaient plutôt prometteurs: self-made-man et entrepreneur immobilier à succès, millionnaire des médias et de l'édition, une présence affirmée dans de nombreux secteurs importants de l'économie, des assurance...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant