Berlusconi relance la querelle fiscale

le
0
Après l'accord électoral conclu avec la Ligue du Nord, le Cavaliere caresse le rêve de devenir ministre des Finances.

Rome

La baisse des impôts s'impose comme le principal thème de la campagne pour les élections anticipées des 24 et 25 février qui a démarré cette semaine. Comme toujours, Silvio Berlusconi a mis le feu aux poudres en promettant d'abolir les impôts fonciers dès son premier Conseil des ministres. Cela lui avait déjà permis de remporter les élections en 2008. À peine élu, il s'était immédiatement exécuté en supprimant l'ICI, une taxe d'habitation honnie des Italiens, mais qui avait le mérite d'équilibrer les finances des communes. Lundi soir, une fois conclu un laborieux accord électoral avec la Ligue du Nord, il a entrepris de tirer à boulets rouges sur l'IMU, l'impôt foncier instauré l'an dernier dès la première habitation par Mario Monti et qui a rapporté à l'État 23 milliards d'euros, 5 milliards de plus que prévu.

Silvio ...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant