Berlusconi discute avec des Chinois de la vente du Milan AC

le
0
DES INVESTISSEURS CHINOIS EN NÉGOCIATIONS EXCLUSIVES POUR LE RACHAT DU MILAN AC
DES INVESTISSEURS CHINOIS EN NÉGOCIATIONS EXCLUSIVES POUR LE RACHAT DU MILAN AC

MILAN (Reuters) - Silvio Berlusconi a ouvert mardi des négociations exclusives avec un groupe d'investisseurs chinois pour leur vendre une participation majoritaire dans le Milan AC, club de football auquel l'ancien président du Conseil italien est profondément attaché.

Fininvest, la holding familiale de l'homme d'affaires, a dit avoir signé mardi un accord avec ces investisseurs chinois pour "donner le coup d'envoi de négociations approfondies". Elle n'a pas fourni de calendrier mais une source proche du dossier a déclaré à Reuters que les discussions dureraient un mois et n'étaient pas contraignantes.

"Les Chinois valorisent le club jusqu'à 750 millions d'euros, dette incluse", a dit cette source.

Silvio Berlusconi a racheté le Milan AC en 1986 alors que le club était en grandes difficultés financières. Il y a injecté une partie de sa fortune pour en faire l'un des plus grands clubs d'Europe avec, depuis son arrivée, cinq couronnes de champion d'Europe et huit titres de champion d'Italie.

Le Milan AC a toutefois perdu de son prestige non seulement sur la scène européenne, avec l'arrivée de riches investisseurs du Golfe et d'Asie, mais aussi en Italie, où il occupe la septième place du classement de la Serie A avant la dernière journée de la saison, sans espoir de disputer la prochaine Ligue des champions.

Le club a perdu 93,5 millions d'euros l'an dernier et il lui sera difficile de rivaliser avec les nouvelles puissances financières du continent sans une injection d'argent frais.

Malgré l'ouverture de discussions avec les investisseurs chinois, il n'est pas certain que Silvio Berlusconi accepte finalement de se séparer à 79 ans d'un club qu'il appelle "mon Milan".

"Combien de fois avons-nous été dans cette situation? Fininvest veut vendre mais à chaque fois que nous pensons aboutir, Berlusconi dit non", dit un grand banquier.

Selon une autre source, les discussions avec le consortium chinois portent sur une vente initiale de 70% du club. "Le reste sera vendu dans les 12 à 18 mois suivants", a dit cette source.

(Elvira Pollina; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant