Berlusconi de retour sous le signe du populisme

le
0
Mario Monti a réagi en annonçant sa démission prochaine.

Consternation. Le mot n'est pas trop fort pour exprimer l'opinion dominante à l'annonce du retour en politique de Silvio Berlusconi et de la démission prochaine de Mario Monti. Les élections anticipées qui vont avoir lieu en février ne sont certes pas une tragédie en soi. La législature aurait de toute façon pris fin en avril 2013. Mais la campagne électorale va se dérouler sous le signe du populisme le plus exacerbé, en présence d'un Silvio Berlusconi déterminé à recourir à toutes les ficelles de la démagogie pour remonter son énorme handicap de départ - les sondages le créditant d'à peine 14 % des intentions de vote. «Ce sera un référendum entre Pier Luigi Bersani(le leader du Parti démocrate, NDLR) et moi-même», dit-il déjà. Ce qui laisse craindre le pire.

Dimanche, les grands quotidiens ont été unanimes à saluer la «dignité» de Mario Monti. La Stampa de Turin parle d'un «geste clair» qui met Be...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant