Berlin regrette que des menaces empêchent Pegida de manifester

le
0

(actualisé avec propos d'Angela Merkel) BERLIN, 19 janvier (Reuters) - Certains responsables gouvernementaux allemands ont jugé regrettable qu'une menace terroriste ait entraîné l'annulation du rassemblement hebdomadaire des partisans du mouvement anti-immigration et anti-islam Pegida, ce lundi soir à Dresde. "Quoi que l'on puisse penser du thème d'une manifestation, le droit de manifester nous est extrêmement cher, et on ne peut pas le limiter à la légère", a déclaré le porte-parole de la chancellerie allemande, Steffen Seibert. "Dans la situation actuelle, les autorités de Dresde ont jugé cette mesure (l'annulation) nécessaire. C'est une mesure qu'évidemment, nous souhaitons aussi rare que possible en Allemagne", a continué le porte-parole. Les manifestations hebdomadaires de Pegida ("Européens patriotes contre l'islamisation de l'Occident") ont débuté en octobre. Le rassemblement du 12 janvier avait attiré à Dresde 25.000 participants, un chiffre record. La chancelière Angela Merkel a jugé cette organisation "raciste", "animée par la haine", usant pour l'occasion d'un langage particulièrement vif. Mais lors d'une conférence de presse, elle a défendu lundi le droit de manifester: "Un principe aussi précieux doit être préservé. C'est pourquoi tout sera fait(...)pour garantir que la liberté de manifester soit assurée, où que ce soit, en Allemagne". Elle a proposé, au besoin, une aide fédérale aux autorités des Länder, responsables du maintien de l'ordre, pour garantir l'exercice de ce droit. "Quoi que l'on pense de Pegida, tant que cette forme de protestation n'enfreint pas nos lois, elle bénéficie du droit à la liberté d'expression", a déclaré pour sa part le ministre de la Justice, Heiko Maas. "Notre démocratie est à même de faire face à Pegida. Une grande majorité des Allemands le rejette et sont descendus dans la rue ces dernières semaines pour protester contre ce mouvement. Cela doit continuer d'être possible", a ajouté le ministre. Les dirigeants de Pegida ont déclaré lundi ne pas vouloir se laisser réduire au silence et avoir l'intention d'organiser un rassemblement la semaine prochaine, en coordination avec les responsables de la sécurité. "La menace ne me visait pas en personne, il s'agissait d'une menace abstraite contre la manifestation et nous avons le devoir de protéger les gens", a déclaré le dirigeant de Pegida, Lutz Bachmann. (Alexandra Hudson et Michael Nienaber; Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant