Berlin pourrait réexaminer certaines ventes d'armes à Ryad

le
0
    BERLIN, 4 janvier (Reuters) - L'Allemagne pourrait se 
montrer plus sévère sur ses exportations d'armes à destination 
de l'Arabie saoudite à la suite de l'exécution de 47 personnes 
dans ce pays samedi dernier, a déclaré lundi le ministre 
allemand de l'Economie, Sigmar Gabriel. 
    Berlin n'envisage toutefois pas de sanctions contre Ryad à 
la suite de ces exécutions, a précisé pour sa part un 
porte-parole du ministère des Affaires étrangères. 
    Par le passé, le ministère allemand de l'Economie s'est 
opposé à certaines ventes d'armes aux Saoudiens. 
    "Nous pouvons voir qu'il était juste de ne pas livrer (à 
l'Arabie saoudite) des chars ou des fusils d'assaut G36", 
souligne Sigmar Gabriel lundi dans un communiqué. 
    "Maintenant, nous devons voir si nous devons aussi être plus 
sévères à l'avenir sur les armements défensifs", ajoute-t-il. 
    Au cours du premier semestre 2015, l'Allemagne a autorisé 
l'exportation d'armes vers l'Arabie saoudite, un marché qui a 
représenté 178 millions d'euros, selon un rapport officiel 
publié en octobre dernier. 
    Deux partis d'opposition, les Verts et Die Linke (La 
Gauche), ont demandé la fin de ces exportations à la suite des 
pendaisons et des décapitations de samedi. 
    Certains membres de l'Union chrétienne-démocrate (CDU) de la 
chancelière Angela Merkel ont aussi demandé un réexamen des 
relations entre Berlin et Ryad. "Un moratoire sur les 
exportations d'armes pourrait être le bon signal", a ainsi 
déclaré le député conservateur Michael Hennrich. 
 
 (Tina Bellon, Guy Kerivel pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant