Berlin, Paris et Londres veulent revoir la réforme de la MiFID

le
0

LONDRES, 1er septembre (Reuters) - Le projet de réforme de la directive européenne sur les marchés financiers (MiFID) doit être revu pour éviter des "conséquences involontaires" dommageables pour les investisseurs et les marchés obligataires, estiment mardi l'Allemagne, la France et le Royaume-Uni dans une lettre adressée à la Commission européenne. L'exécutif communautaire a entrepris la refonte de cette directive pour prendre en compte les leçons de la crise financière et l'évolution technologique du secteur des services financiers. L'autorité européenne des marchés financiers, l'Esma, a proposé de nouvelles règles pour renforcer le texte mais ses propositions suscitent la défiance des trois principaux pays de l'Union. L'Allemagne, la France et la Grande-Bretagne déclarent, dans une lettre à la Commission qu'a pu consulter Reuters, que les propositions de l'Esma "ne reflètent pas l'accord" conclu entre les Etats membres et le Parlement européen. Elles ajoutent que les propositions actuelles auraient pour effet d'interdire de fait certaines activités de recherche et de conseil en investissement et que les nouvelles exigences de transparence envisagées pour les marchés obligataires auraient des "conséquences défavorables importantes" pour les marchés. (Huw Jones; Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant