Berlin obligé de revoir sa transition énergétique

le
0
INFOGRAPHIE - L'opinion allemande reste très majoritairement favorable à la sortie du nucléaire. Mais le consommateur s'inquiète de l'envolée de sa facture électrique.

Le contexte électoral n'y change rien: quelle que soit la nouvelle équipe au pouvoir à Berlin, l'Allemagne ne reviendra pas sur la révolution énergétique entamée au printemps 2011. Quelques semaines après la catastrophe de Fukushima, la chancelière Angela Merkel, qui, un an plus tôt, plaidait pour la prolongation des réacteurs atomiques, annonce soudainement la sortie totale du nucléaire à l'horizon 2022. Elle prend alors tout le monde par surprise. Sur les dix-sept réacteurs qui fournissaient 22,4 % du courant consommé en Allemagne en 2010, huit ont déjà été arrêtés. L'atome ne produit plus que 16 % de l'électricité. En France, cette part dépasse les 75 %.

Deux ans après, l'opinion allemande reste très majoritairement favorable à la sortie du nucléaire. Mais le consommateur s'inquiète d...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant