Berlin met en garde contre la montée de l'extrême droite

le
3

par Madeline Chambers BERLIN, 20 octobre (Reuters) - Plusieurs ministres allemands ont lancé mardi des mises en garde contre une recrudescence de la xénophobie et de l'extrême droite en Allemagne, au lendemain du plus important rassemblement depuis des mois des partisans du mouvement anti-immigration Pegida. Quinze à vingt mille personnes ont manifesté lundi soir à Dresde, dans l'est de l'Allemagne, sous la bannière de Pegida (Patriotes européens contre l'islamisation de l'Occident), certains brandissant des drapeaux allemands et scandant "Dehors, dehors!". Dans les colonnes du Süddeutsche Zeitung, le vice-chancelier Sigmar Gabriel, chef de file des sociaux-démocrates (SPD), estime mardi que Pegida est "un mouvement populiste(...) et dans une certaine mesure, un mouvement d'extrême droite radical". Selon lui, Pegida est le prolongement du petit parti anti-immigration et europhobe AfD (Alternative pour l'Allemagne), récemment apparu sur la scène politique, mais aussi du NPD (néo-nazis). Dans un discours lors de ce rassemblement, l'écrivain d'origine turque Akif Pirinçci, qui vit depuis longtemps en Allemagne, a déclaré aux partisans de Pegida que la classe politique ne tenait aucun compte des inquiétudes de la population face aux migrants. Il a ajouté que "malheureusement, les camps de concentration n'étaient plus en service". LA COTE DES CONSERVATEURS EN NETTE BAISSE Ses propos ont soulevé un tollé dans le pays et le parquet de Dresde envisageait mardi d'ouvrir une enquête à l'encontre d'Akif Pirinçci, connu pour ses propos extrêmes. Le ministre de la Justice Heiko Maas, membre du SPD, parle de son côté d'un climat de plus en plus radical, "exceptionnellement alarmant" dans le pays. Quant au ministre de l'Intérieur Thomas de Maizière, chrétien-démocrate, il écrit dans le journal Bild que chacun doit se dresser contre la haine. "Nous n'acceptons pas que la dignité et le respect fassent place à la haine envers ceux qui pensent différemment(...). Un patriote aime son pays et ne déteste pas les autres", ajoute-t-il. Le rassemblement de lundi soir à Dresde marquait le premier anniversaire de ce mouvement, qui s'est essoufflé à la suite de querelles intestines mais qui connaît un regain, ces derniers temps, avec l'afflux de migrants en Allemagne via les Balkans. Les sondages traduisent un net effritement de la cote de la popularité de la chancelière Angela Merkel en raison de sa politique d'ouverture envers les migrants, tandis que, dans le même temps, les intentions de vote en faveur d'AfD progressent. A en croire un sondage de l'institut Insa rendu public lundi, la cote du bloc conservateur d'Angela Merkel a reculé à son plus bas niveau depuis deux ans et demi, à 37%, tandis que celle d'AfD est à son plus haut niveau depuis sept mois. (Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • delapor4 le mardi 20 oct 2015 à 22:01

    "L'extrême droite", c'est ceux qui ont le courage intellectuel de ne pas trahir leur peuple et la civilisation malgré le bourrage de crâne délétère de la propagande mondialiste.

  • odnaz le mardi 20 oct 2015 à 16:38

    C'est dommage, trop de censure a tué les forums Bourso ...

  • odnaz le mardi 20 oct 2015 à 16:27

    Je dirais plutôt Madame MERKEL fait monter l'extrême-droite partout, et pas qu'en Allemagne. A vouloir (en est-elle consciente ?) prendre les habits et la couronne de Reine d'Europe auto-désignée elle ravive les nationalismes, quoi de surprenant ? Et personne (surtout pas nos 2 derniers présidents) pour la remettre à sa place : chancelière d'Allemagne, point barre.