Berlin justifie la vente de blindés et d'obusiers au Qatar

le
3

BERLIN, 23 octobre (Reuters) - L'Allemagne a défendu vendredi sa décision de vendre des chars de combat et des pièces d'artillerie au Qatar, disant avoir reçu des assurances que ces armes ne seraient pas utilisées dans la guerre contre les rebelles chiites et leurs alliés au Yémen. Le journal Süddeutsche Zeitung a rapporté qu'une cargaison de quatre chars Leopard 2 et de trois obusiers avait récemment quitté l'Allemagne en direction du Qatar. "Pour ce qui est du Yémen, le Qatar n'a clairement aucune intention d'y envoyer du matériel militaire, uniquement de l'aide humanitaire", a dit la porte-parole du gouvernement allemand, Christiane Wirtz. Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Martin Schäfer, a également déclaré que les chars et les obusiers "ne seraient pas déployés dans des zones de conflit comme le Yémen". Le mois dernier, on avait appris de sources militaires que des soldats qataris étaient envoyés au Yémen pour participer à une offensive contre les rebelles chiites houthis et tenter de reprendre la capitale, Sanaa. L'exportation d'armes allemandes vers le Qatar a été approuvée en 2013, a précisé Christiane Wirtz. L'accord prévoit que la société de Munich Krauss-Maffei Wegmann vende 62 Leopard 2 et 24 obusiers à l'armée qatarie, pour deux milliards d'euros, selon le Süddeutsche Zeitung. (Tina Bellon et Paul Carrel; Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • exmarot9 le vendredi 23 oct 2015 à 16:35

    et ces armes vont être utilisées contre qui ? on veut nous faire croire que ces armes de combat c pour les riches qataris qui font collection et pr qu'ils les admirent dans leur parc

  • aerosp le vendredi 23 oct 2015 à 16:28

    C'est pour mettre dans des musées pour montrer le mal qu'ont pu faire les Allemands à la 2ème guerre mondiale

  • M3182284 le vendredi 23 oct 2015 à 16:18

    Arf, ils peuvent bien se étriper entre moricauds du moment qu'ils payent cash.