Berlin exclut un sommet quadripartite sur l'Ukraine à court terme

le , mis à jour à 19:47
1
 (Actualisé avec porte-parole d'Angela Merkel) 
    PARIS/BERLIN, 12 octobre (Reuters) - Les présidents russe, 
français et la chancelière allemande se sont entretenus par 
téléphone mercredi pour préparer un sommet sur l'Ukraine dont 
l'Elysée espérait qu'il pourrait se tenir "prochainement", mais 
cette hypothèse a été écartée par Berlin qui a jugé que les 
conditions n'étaient pas réunies. 
    Le porte-parole d'Angela Merkel a indiqué dans un communiqué 
que de nouvelles réunions préparatoires devraient avoir lieu au 
niveau des conseillers avant que les chefs d'Etat puissent 
envisager de se rencontrer. 
    "Les participants sont convenus que des progrès sur les 
questions de sécurité comme sur les questions politiques sont 
nécessaires", a dit Steffen Seibert, précisant qu'aucune 
décision n'a été prise mercredi en vue d'un sommet. 
    Peu avant l'entretien téléphonique, la présidence française 
avait pourtant dit espérer le contraire, évoquant la possible 
tenue d'un sommet quadripartite, avec le président ukrainien 
Petro Porochenko, "très prochainement" en Allemagne.  
    "Ils ont travaillé ensemble afin de réunir les conditions 
d'un sommet en 'format Normandie' qui pourrait être très 
prochainement organisé à Berlin", pouvait-on lire dans le 
communiqué de l'Elysée.  
    "Ils se sont accordés sur la nécessité qu'une telle 
rencontre devait être constructive et utile dans la perspective 
d'une résolution de la crise à l'est de l'Ukraine", ajoutait le 
texte. 
    Les conseillers diplomatiques des quatre pays se réuniront 
jeudi et vendredi à Minsk, a précisé l'Elysée. 
    Outre les difficultés en Ukraine, la tenue à court terme 
d'un sommet sur l'Ukraine à Berlin semble compromise par les 
vives diplomatiques suscitées par les frappes aériennes russes 
sur la ville syrienne d'Alep, déjà à l'origine de l'annulation 
de la visite de Vladimir Poutine envisagée le 19 octobre à 
Paris.   
    Les dirigeants français, allemand, russe et ukrainien se 
retrouvent régulièrement de visu ou par téléphone pour discuter 
de l'application des accords signés à Minsk début 2015 visant à 
rétablir la paix en Ukraine.      
    Dans un discours mardi devant le Conseil de l'Europe, 
François Hollande a déploré des "progrès trop lents" dans ce 
processus.   
    "Les principaux paramètres sont connus. Sur le terrain, ils 
passent par un cessez-le-feu durable, l'accélération des 
opérations de désengagement et l'accès sans entrave à la mission 
d'observation de l'OSCE jusqu'à la frontière", souligne l'Elysée 
dans son communiqué de mercredi. 
    "Sur le plan politique, ils nécessitent que les élections 
locales se déroulent dans le cadre et le respect de la loi 
ukrainienne et des standards de l'OSCE." 
 
 (Elizabeth Pineau et Jean-Baptiste Vey, avec Caroline Copley à 
Berlin, édité par Yves Clarisse et Tangi Salaün) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7403983 il y a un mois

    " la présidence française avait pourtant dit espérer le contraire ..." Et encore PLOUF et RE PLOUF !!!! Décidément