Berlin enquête sur des migrants soupçonnés d'être liés à l'EI

le
2
    BERLIN, 11 mai (Reuters) - Les autorités allemandes 
soupçonnent une quarantaine de membres de l'organisation Etat 
islamique (EI) de s'être glissés dans les rangs des migrants 
entrés en Allemagne, a annoncé mercredi la police fédérale. 
    Ce chiffre représente le double du nombre de cas estimés en 
janvier et il est de nature à alimenter les inquiétudes sur le 
risque terroriste en Allemagne, jusque-là épargnée par les 
attaques de grande ampleur. 
    Le gouvernement allemand s'est pour l'heure efforcé de 
minimiser le risque de voir des combattants de l'EI s'infiltrer 
en Europe en profitant du flux de migrants et de réfugiés, mais 
le directeur des services du renseignement intérieur, Hans-Georg 
Maassen, a déclaré la semaine dernière que des djihadistes 
avaient bien emprunté la route des Balkans. 
    "Je ne vous livre pas de secret en vous disant que je suis 
préoccupé par le nombre élevé de migrants dont nous ignorons 
l'identité parce qu'ils n'avaient pas de papiers quand ils sont 
entrés dans le pays", a déclaré Hans-Georg Maassen. 
    Une porte-parole de la Bundeskriminalamt (BKA), la police 
fédérale, a déclaré que 369 alertes avaient été lancées sur des 
cas d'islamistes soupçonnés de s'être glissés dans les rangs des 
migrants, justifiant l'ouverture de 40 enquêtes par les 
autorités. 
    Ces chiffres témoignent d'une forte augmentation par rapport 
aux 213 alertes et 18 enquêtes dont la police faisait état début 
janvier. 
    "Les responsables allemands des services de sécurité ont des 
informations selon lesquelles des partisans d'organisations 
terroristes se sont infiltrés parmi les migrants (...) pour 
lancer des attaques en Allemagne", a déclaré la porte-parole de 
la BKA. 
    Deux des auteurs des attentats qui ont tué 130 personnes en 
novembre à Paris et Saint-Denis sont d'ailleurs entrés en Europe 
par la route des Balkans. Deux autres hommes, soupçonnés 
d'appartenir au même réseau, ont été interceptés en Autriche 
dans un centre d'accueil pour réfugiés. 
    L'enquête sur les attentats du 13 novembre semble également 
indiquer que Salah Abdeslam, seul survivant du commando de Paris 
et Saint-Denis, a récupéré en octobre dans la ville allemande 
d'Ulm trois membres de l'EI également entrés en Europe en ayant 
infiltré la foule des migrants. 
 
 (Noah Barkin,; Nicolas Delame pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco il y a 12 mois

    Erdogan les forme puis le envoie en Europe avec un passeport syrien! Chapeau Angela!

  • newwin il y a 12 mois

    merci merkel et moscovici bandes de nulls