Berlin dément un infléchissement de sa position envers la Grèce

le , mis à jour à 19:28
0

BRUXELLES, 10 juin (Reuters) - L'Allemagne n'acceptera qu'un accord sur la dette grecque qui ait l'assentiment des trois institutions créancières (Union européenne, Banque centrale européenne, Fonds monétaire international), a déclaré mercredi un porte-parole gouvernemental en réaction à des informations selon lesquelles Berlin serait prêt à assouplir sa position. Interrogé sur une dépêche de l'agence Bloomberg selon laquelle le gouvernement pourrait se contenter de l'engagement de la Grèce sur une seule des réformes économiques réclamées par ses créanciers pour ouvrir la porte à l'octroi de nouveaux fonds d'urgence, le porte-parole a répondu : "L'Allemagne n'acceptera un accord sur la Grèce que s'il est approuvé par les trois institutions, tout le reste est pure invention." Il a ajouté que la chancelière Angela Merkel et le président François Hollande verraient le Premier ministre grec Alexis Tsipras dans la soirée à Bruxelles pour un "échange de vues" sur les négociations sur la dette, une information annoncée au même moment par la France. ID:nL5N0YW45V Cette rencontre aura lieu après le dîner de clôture d'un sommet entre les pays de l'Union européenne et des Caraïbes. Alexis Tsipras, élu en janvier sur un programme anti-austérité, plaide pour un "accord politique" avec les dirigeants européens afin de sortir de l'impasse les négociations avec les créanciers internationaux. (Andreas Rinke et Tom Koerkemeier, avec Julien Ponthus à Paris, Véronique Tison pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux