Berlin approuve l'extension des responsabilités dans le nucléaire

le
0

(Actualisé avec détails) BERLIN, 14 octobre (Reuters) - Le gouvernement allemand a approuvé mercredi un projet de loi qui stipule que les groupes de services aux collectivités doivent désormais prendre en charge le démantèlement des centrales nucléaires allemandes et le stockage des déchets radioactifs jusqu'au bout, a dit à Reuters une source gouvernementale. Ce nouveau texte comble ainsi une faille juridique, empêchant les entreprises de se délester de leurs responsabilités en scindant leurs actifs nucléraires. En effet, selon la législation actuellement en vigueur en Allemagne, les producteurs d'électricité ne sont responsables des sociétés dont ils se sont séparés que pour une période de cinq ans. "Les opérateurs nucléaires sont responsables des coûts de démantèlement des centrales. Cela restera le cas à l'avenir", a dit le ministre de l'Economie Sigmar Gabriel. Le gouvernement a également nommé les trois présidents d'un comité censé présenter d'ici la fin du mois du janvier des propositions relatives à la gestion sur le long terme du financement des réacteurs nucléaires une fois qu'ils seront mis à l'arrêt. Il s'agit de l'ancien ministre de l'Environnement Jürgen Trittin, membre des Verts, de l'ancien Premier ministre du Land de Mecklembourg-Poméranie-Occidentale, Matthias Platzeck (SPD) et de l'ancien maire de Hambourg Ole von Beust (CDU). La faille dans la législation actuelle avait conduit E.ON EONGn.DE à annoncer en décembre dernier son intention de se scinder en deux pour se séparer de ses activités de production conventionnelle d'électricité, dont le nucléaire, et se recentrer sur les énergies renouvelables et les réseaux de distribution. ID:nL6N0TL0R8 Anticipant la nouvelle législation, le numéro un allemand des services aux collectivités a renoncé le mois dernier au projet de scission de ses activités nucléaires. ID:nL5N11G2I2 Vers 11h20 GMT, le titre E.ON progressait de 2,63% à 9,35 euros, porté par l'annonce du groupe d'une vente d'actifs en mer du Nord norvégienne. ID:nL8N12E1VN Lundi, l'action avait bondi de près 5% après qu'un rapport a montré que les "utilities" allemandes avaient mis suffisamment d'argent de côté pour faire face au coût du démantèlement. ID:nL8N12C1GE Depuis le début du mois, le titre E.ON a rebondi de près de 22%, ce qui ne l'empêche pas d'être encore en baisse de quelque 34% depuis le début de l'année, un repli qui s'explique surtout des craintes des investisseurs de voir les groupes de services aux collectivités allemands être contraints d'avoir recours à des appels au marché pour supporter le coût de la sortie du nucléaire. (Gernot Heller et Markus Wacket, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant