Berlin accuse VW d'avoir truqué 2,8 millions de voitures

le
0
BERLIN ACCUSE VOLKSWAGEN D'AVOIR TRUQUE 2,8 MILLONS DE VOITURES
BERLIN ACCUSE VOLKSWAGEN D'AVOIR TRUQUE 2,8 MILLONS DE VOITURES

par Andreas Cremer

WOLFSBURG, Allemagne (Reuters) - La manipulation par Volkswagen des résultats des tests d'émissions polluantes concerne 2,8 millions de véhicules diesel en Allemagne, a déclaré vendredi le ministre allemand des Transports, un chiffre six fois supérieur à celui évoqué par le groupe aux Etats-Unis.

Les propos tenus par Alexander Dobrindt au Bundestag alors que le conseil de surveillance de Volkswagen était réuni pour choisir un nouveau président du directoire suggère que l'affaire pourrait prendre une ampleur bien plus grande qu'estimé jusqu'à présent.

Le conseil de surveillance de Volkswagen devrait nommer à la tête du groupe Matthias Müller, l'actuel patron de Porsche, pour remplacer Martin Winterkorn, qui a démissionné mercredi. Au moins quatre autres hauts dirigeants du groupe pourraient en outre être débarqués.

A la Bourse de Francfort, l'action Volkswagen, qui avait amorcé un rebond après avoir perdu plus de 40% de sa valeur depuis le début de la semaine, rechutait de plus de 5% à 14h45 GMT.

Cette baisse est aussi alimentée par la multiplication des enquêtes et procédures ouvertes dans le monde entier par les autorités judiciaires ou réglementaires.

Vendredi, le Brésil a ainsi dit enquêter sur des soupçons d'infraction aux règles nationales en vigueur en matière d'émissions polluantes, en précisant que Volkswagen devrait modifier la totalité du parc concerné si sa responsabilité était établie.

L'EPA AMÉRICAINE VA DURCIR SES TESTS

Observateurs et investisseurs attendent toujours de Volkswagen qu'il précise au moins lesquels de ses modèles, et quelles années de construction sont concernés par le dossier et qu'il dise clairement si tous les véhicules équipés du logiciel de truquage des tests devront être modifiés.

"VW doit être très transparent sur ce qui s'est passé, comment cela a été rendu possible, pour faire en sorte que cela ne puisse plus jamais se produire à l'avenir", a dit un important actionnaire du groupe.

"Il y a des priorités qui doivent passer avant toute autre considération en ce moment", a-t-il ajouté.

Volkswagen a reconnu mardi qu'environ 11 millions de véhicules dans le monde étaient équipés de moteurs ayant révélé des différentes importantes de niveaux d'émissions polluantes entre les tests et la conduite en conditions réelles.

Aux Etats-Unis, le groupe risque des amendes d'un montant global de 18 milliards de dollars (près de 16 milliards d'euros).

L'Agence fédérale de protection de l'environnement (EPA) américaine a annoncé vendredi avoir informé tous les constructeurs automobiles d'un durcissement de ses procédures de test.

L'EPA va renforcer sa capacité à détecter des dispositifs mécaniques ou logiciels visant à fausser les résultats des tests, sans préciser aux constructeurs en quoi consistent les modifications apportées à ses procédures, a expliqué Chris Grundler, le directeur des transports et de la qualité de l'air à l'EPA.

"Ils n'ont pas besoin de savoir", a-t-il dit.

(avec Michelle Martin et Noah Barkin à Berlin, Timothy Gardner et David Morgan à Washington; Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant