Berger (CFDT) juge le programme social de Fillon "très inquiétant"

le
1

Le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger a qualifié jeudi de "très inquiétant" le programme social de François Fillon, citant la vision portée par le candidat sur les fonctionnaires et "la place du syndicalisme".

"Une présidentielle, ce n'est pas une primaire d'un courant politique, c'est autre chose. Il faut rassurer les Français, notamment ceux qui souffrent le plus, ceux qui sont inquiets, (...) et ceux-là, je ne crois pas qu'il faille leur promettre de la sueur et des larmes en permanence", a déclaré Laurent Berger.

Interrogé sur la promesse de François Fillon de supprimer 500.000 fonctionnaires, il a jugé "insupportable" de "pointer une espèce de culpabilité de fonctionnaires". "Arrêtons de parler des fonctionnaires comme si c'était une masse indéfinie. Ce sont des gens qui travaillent et qui exercent une mission de service public dans les hôpitaux, dans la sécurité et dans l'éducation", a-t-il souligné.

Il ne sera "pas acceptable", a-t-il prévenu, de faire revenir à 39 heures les fonctionnaires "sans être payés 39 heures".

Et selon lui, "le vote FN s'ancre dans les territoires où les citoyens ont le sentiment d'avoir été abandonnés" par ces services publics.

Laurent Berger s'est aussi élevé contre le discours de François Fillon sur les syndicats. "Vouloir (s'en) passer, c'est contre-intuitif quand on veut développer le dialogue social", a-t-il dit. Et face à la prétendue faible représentativité des syndicats, Laurent Berger a souligné que Les Républicains avaient 200.000 adhérents quand la CFDT en comptait 800.000.

Il a enfin indiqué avoir eu un contact avec le président du Sénat Gérard Larcher, proche de François Fillon, et qu'une rencontre était prévue "dans les semaine à venir".

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 82554976 il y a 4 jours

    Il aura quelques difficultés avec celui du FMI qui arrivera tôt ou tard avec notre politique qui ne veut pas prendre en compte notre explosion de notre dette qui va devoir payer des taux à la hausse -les taux négatifs sont terminés-