Bercy renonce à limiter les salaires des grands patrons

le
47
Bercy renonce à limiter les salaires des grands patrons
Bercy renonce à limiter les salaires des grands patrons

Le gouvernement a finalement préféré l'«autorégulation exigeante» à la loi. Régulièrement annoncé depuis l'élection de François Hollande, le projet de loi sur la rémunération des grands patrons du secteur privé ne verra finalement pas le jour. Il y a deux mois, un texte était même annoncé «avant l'été». Mais dans un entretien aux Echos.fr, le ministre de l'Economie Pierre Moscovici enterre l'initiative, arguant qu'il a choisi de concentrer l'action législative sur la taxe à 75%.

«Il n'y aura pas de projet de loi spécifique sur la gouvernance des entreprises. J'ai choisi d'agir dans le dialogue», explique ainsi le ministre, précisant avoir rencontré la semaine dernière la présidente du Medef, Laurence Parisot, et le président de l'Association française des entreprises privées (Afep), Pierre Pringuet, qui «se sont engagés à présenter rapidement un renforcement ambitieux de leur code de gouvernance». Pierre Moscovici cite notamment le «Say on Pay», qui devrait permettre à l'assemblée des actionnaires de se prononcer sur la rémunération des dirigeants.

Miser sur une «autorégulation exigeante»

«Nous préférons miser sur une autorégulation exigeante. Mais attention: si les décisions annoncées ne sont pas à la hauteur, nous nous réservons la possibilité de légiférer», insiste Pierre Moscovici, tout en assurant les sociétés du soutien du gouvernement. «Les entreprises sont au c?ur de notre politique économique : nous voulons les aider à créer de la richesse et des emplois, à investir et à embaucher», affirme-t-il.

«Il faut d'abord que les dispositifs lancés fonctionnent à plein régime», ajoute-t-il, citant l'exemple du crédit d'impôt compétitivité. Pierre Moscovici rappelle aussi que le gouvernement va diversifier le financement des PME et des ETI «dès 2014, avec le lancement du PEA/PME, dont les plafonds seront relevés jusqu'à 225.000 euros»

La taxe à 75%...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3366730 le vendredi 24 mai 2013 à 23:02

    C'est vrai que si la majorité part à l'étranger et dans des entreprises concurrentes, qu'aura gagné la France !

  • stefdura le vendredi 24 mai 2013 à 17:02

    Sarko aurait fait le 10ème de ce qu'ils font, ca aurait été la révolution.Comme c'est facile quand on a les médias avec soi !!

  • slivo le vendredi 24 mai 2013 à 15:06

    Heureusement que nos ministres ne gèrent pas la circulation routière; aujourd'hui on ne saurait plus ce qu'il faut faire devant la couleur d'un feu ! Quelle cacophonie en 1 an . . . Savent ils ce qu'ils veulent seulement, à part le pouvoir, le fric et montrer leur binette de demeurés partout ?

  • kejocol le vendredi 24 mai 2013 à 14:57

    une entreprise privée est au mieux geree par des actionnaires qui decident du salaire du patrons. et comme aussi, le conseil d'adminisstration d'une entreprise implique des patrons des autres, donc, ils s'autorisent entre eux les salaires. les menaces de mosco doivent bien les faire rigoler. et lui n'a toujours pas compris qu'il avait aucun pouvoir.

  • SuRaCtA le vendredi 24 mai 2013 à 14:20

    Et si on limittait le salaire et les avantages des politiques...

  • 300CH le vendredi 24 mai 2013 à 11:49

    "MOI PRÉSIDENT" je je je je ferais une loi sur les rémunérations "abusives" des dirigeants d'entreprises, 1 pas en avant 3 gros en arrière. Le socialisme, c’est une attaque tantôt directe, tantôt indirecte mais toujours continue aux principes mêmes de la propriété individuelle. Le socialisme n'a pour les ouvriers que mépris et dégoût.

  • nebraska le vendredi 24 mai 2013 à 10:55

    fernan.p : je te signale que "tous les grands patrons" sont nommés par l'état et personne d'autre. Mais pas de manière officielle bien sur.

  • M9566237 le vendredi 24 mai 2013 à 10:55

    Le peuple souverain, qui a vu comment son choix de 2005 avait été effacé, doit être consulté par référendum sur le projet d’accord européen. Comme tant d’autres citoyens, nous demandons à François Hollande de prendre l’engagement solennel de consulter le peuple français

  • nebraska le vendredi 24 mai 2013 à 10:53

    Les cocus de gauche comptez-vous. A la prochaine alternance, ce seront les cocus de droite qui se compteront.

  • nebraska le vendredi 24 mai 2013 à 10:52

    MDR !!!! Pour cause, les grands patrons ce sont......des hauts fonctionnaires. Je rigoles, pardon....c'est les nerfs.