Bercy : Paire, des sifflets aux applaudissements

le
0
Bercy : Paire, des sifflets aux applaudissements
Bercy : Paire, des sifflets aux applaudissements

Mené 2-6, 4-0 lundi au premier tour du tournoi de Paris Bercy par Gaël Monfils, Benoit Paire a réussi à renverser la vapeur dans un duel 100% tricolore. Un temps sifflé, il s'impose finalement en trois sets (2-6, 7-6, 6-4) et affrontera un autre Français, Gilles Simon, en 16eme de finale.

Depuis 2013, Benoit Paire et Paris Bercy c’est toute une histoire… Mais pas forcément d’amour. Il y a deux ans, le Marseillais s’était incliné au premier tour sous les sifflets du public. Réponse de l’intéressé : « Les gens ne comprennent rien. Ils sifflent sur tout. Ce sont des abrutis ».

Blessé l’année dernière, l’histoire semblait prendre la même tournure cette année encore face à Gaël Monfils au premier tour du tournoi. Le match débute très mal : mené 2-6, 0-3, il vient de perdre deux fois son service dans le 2eme set. Il retourne sous sa chaise sous les sifflets de spectateurs qui perçoivent encore une certaine nonchalance dans le jeu du 23eme mondial, qui semble parfois balancer ses coups sans grande conviction. Lui, comme une provocation, fait signe au public de siffler plus fort... Monfils gagne sa mise en jeu dans la foulée et le match semble être plié. 

Après le match, Paire raconte ce moment là : « A 6-2 4-0, je me dis qu’il ne faut pas casser de raquette je vais me faire huer. C'est ce qui se passait dans ma tête. Cela n'allait pas, mon jeu n'était pas bon, je faisais beaucoup de fautes. Je me suis dit : si en plus tu t'énerves, tu montreras aux gens que tu n'as pas progressé et que tu es toujours le même. J'ai essayé de rester calme même si ce n’était facile, de remonter peu à peu. »

Finalement, contre toute attente, cet épisode a plutôt le don de le remettre dans le match. S’il continue de faire beaucoup de fautes directes (55 en tout dans le match), Paire en place beaucoup plus dans le court. Monfils, de son côté, le prend trop facile « j’ai perdu ma concentration, ça l’a relancé ». Au mental, le « mal-aimé » de Bercy revient dans le match et des « Benoit, Benoit » commencent à se faire entendre.

Une histoire d’amour avec le public parisien débuterait-elle ? Le cœur de Paire est déjà pris par la chanteuse Shy’m - présente dans le public pour l’encourager -, mais la nouvelle Accord Hôtels Arena semble décidée à lui pardonner sa phrase d’il y a deux ans, comme un nouveau départ à l’image de la salle récemment rénovée. Sous les yeux du capitaine de Coupe Davis Yannick Noah, il refait son retard et revient à 4-4 : le match a basculé. Le tie-break, il le gagne au mental (9 à 7) et la 3eme manche n’est finalement que la confirmation de ce nouveau Benoit Paire, qui a réussi à rester dans le match pour l’emporter.

« Il y a 2 ans je me suis fait siffler, l’année dernière j'étais consultant car j'étais blessé donc c’est que du régal, a déclaré tout sourire le vainqueur au micro de Canal+. J'ai essayé de ne pas m’énerver ni de casser des raquettes. J’ai tenu, j’ai essayé de me battre. Avant, c’est sûr, j’aurais balancé le match, je me serais fait siffler et ça aurait été mérité. » Au prochain tour, Paire affrontera Gilles Simon, pour un nouveau duel entre tricolores. Un match face à un fin tacticien qui pourrait bien lui faire péter les plombs s’il retombe dans ses travers colériques. Mais ça, c’était avant non ?

Tony David

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant