Benzema ? Valls ne veut pas polémiquer mais...

le , mis à jour le
0
Benzema ? Valls ne veut pas polémiquer mais...
Benzema ? Valls ne veut pas polémiquer mais...

Invité de Stade 2 dimanche soir sur France 2, Manuel Valls, le Premier ministre, a balayé toute l'actualité, plutôt morose, du moment. Interrogé sur le cas Karim Benzema, il affirme ne pas vouloir polémiquer mais a beaucoup parlé d'exemplarité à avoir...

Le maintien de l’Euro 2016
Il ne faut pas changer d’avis. Après, évidemment, il faut être capable de prévoir et d’anticiper des situations extrêmes, d’urgence. Mais la plus forte réponse au terrorisme, en plus du déploiement de tous les moyens de sécurité et de renseignements, c’est la vie. C’est la vie qu’ont voulu supprimer les terroristes. La réponse, c’est le mouvement, c’est la jeunesse et c’est donc le sport comme la culture. L’Euro 2016 de foot doit se tenir et va se tenir.

Le maintien des fan-zones ?
Il y a sept à huit millions de personnes qui sont attendues pendant tout l’Euro, uniquement dans ces fan-zones. Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, en a discuté avec tous les maires, et notamment le président des villes, Alain Juppé, pour faire en sorte que la sécurité soit assurée avec les mêmes dispositifs que ceux que nous connaîtrons pour les stades. C’est-à-dire que ce sont des zones qui sont sécurisées, fermées. Il y aura des palpations. Les sacs seront fouillés. Et, en même temps, la fête pourra avoir lieu. La France est un grand pays moderne qui est capable d’assurer la sécurité de ses citoyens. Je souhaite que les touristes qui ne sont plus revenus depuis le 13 novembre reviennent à cette occasion pour faire la fête et regarder des matchs sur des grands écrans.

Des matchs à huis clos ?
C’est une situation extrême. Bien sûr, il faut envisager toutes les possibilités, mais à ce moment-là, je crois que ça n’est pas à l’ordre du jour. Je veux rappeler que le 13 novembre, des terroristes voulaient rentrer dans le Stade de France, à l’occasion du match France-Allemagne. Ils ne sont pas rentrés. Ils se sont fait exploser à l’extérieur. Il y a eu des morts bien sûr, mais ils n’ont pas pu rentrer dans le stade pour semer la terreur. Les stades seront protégés. Je l’ai souvent dit : nous allons vivre avec la menace terroriste pendant des années. Il faut être lucide et conscient.

Le décès de Johan Cruyff
Cela m’a touché. Ce sont des souvenirs d’enfance. Il est arrivé à Barcelone le 13 août 1973, c’est le jour de mon anniversaire. J’avais 11 ans. C’était un rêve. Je me rappelle que le FC Barcelone était allé battre le Real Madrid en janvier ou en février 1974 5-0, cela a été un match extraordinaire. Mais cela a été vécu aussi comme une défaite pour une équipe qui était soutenue à l’époque par le régime franquiste. Ce joueur qui était moderne déjà par son attitude a révolutionné le foot comme joueur mais aussi comme entraîneur. On en voit encore les résultats.

Cruyff pas exemplaire dans le comportement...
(Rires). Je vois à quoi vous faites allusion. Oui, mais c’était les années 70, après mai 68. C’était un Néerlandais, un pays de liberté. Il était synonyme de toute une époque. Mais, en même temps, la discipline régnait avec des valeurs. Et les valeurs, elles sont inhérentes au sport et au football également.

Le cas Karim Benzema
Encore une fois, il y a une Fédération Française de football et surtout un entraîneur Didier Deschamps, qui est un très grand entraîneur, et j’espère qu’il fera gagner l’équipe de France. Pourquoi un fan de foot comme moi, Premier ministre par ailleurs, pourrait pas rappeler uniquement, je suis élu de banlieue (ndlr : il était maire d’Evry entre 2001 et 2012), comme quoi un sportif tel qu’il soit doit être exemplaire. Vous le savez : on s’identifie aux sportifs. Et celui auquel on s’identifie doit être exemplaire mais je ne veux absolument pas polémiquer avec Benzema. C’est par ailleurs un formidable footballeur. A eux de faire le choix mais on nous demande à nous (les politiques) d’être exemplaires. Chacun dans la société joue son rôle, et un sportif aujourd’hui beaucoup plus qu’il y a quelques années et qu’à l’époque de Johan Cruyff.

Son pronostic pour l’Euro
C’est difficile. Vous vous rendez compte : vous me transformez en pronostiqueur. Je crois qu’on a tous envie d’un France-Allemagne car il y a toujours une revanche à prendre, celle de la dernière Coupe du monde et bien d’autres. L’Allemagne est une équipe formidable mais, dans l’équipe de France, il y a des vraies pépites, une âme, c’est la force de Deschamps, un football moderne et on jouera à domicile. La France a besoin d’espoir, de projets et de victoires. Le sport y participera je l’espère.

Propos recueillis par Stade 2 sur France 2

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant