Benzema donne le la

le
0
Benzema donne le la
Benzema donne le la

Caution technique en compagnie d'Isco et James, refuge tactique de Carlo Ancelotti, garantie d'au moins un double-double par saison, Karim Benzema est l'un des hommes clés des succès merengues. Un statut qui doit beaucoup à Carlo Ancelotti, un coach amoureux du Français.

Les talk-shows espagnols en sont friands : le Madrilène Gareth Bale et le Barcelonais Luis Suárez, hommes aux transferts records, sont-ils des ratés ? "À 100 millions d'euros le joueur, on peut exiger des buts", ou encore "son intégration est un échec" sont bien souvent les arguments béton avancés. Ces experts, et leurs expertises, auraient même pu se farcir les deux hommes sous la même liquette, celle du Real Madrid. D'après une source proche du club, "fin mai, tout le Real était disposé à boucler le dossier Suárez quand Florentino Pérez et le directeur général, José Angel Sánchez, sont allés soumettre la proposition à Carlo Ancelotti. L'entraîneur a désapprouvé l'opération sans le moindre doute. Son argument était catégorique : Suárez répond au même profil que Bale, et Bale, pour sa part, reproduit le même modèle que Cristiano." Comprenez par là : Karim Benzema est le meilleur partenaire pour les anciens de Tottenham et de Manchester United. Le recrutement de Chicharito suffira donc. En ce mois de janvier, il fait mieux : il est tout simplement le meilleur élément d'un Real Madrid en retard à l'allumage.
Mediapunta, comme Isco et James
Cette relation presque paternaliste qu'entretient Carlo Ancelotti avec Benzema date de son arrivée sur le banc du Santiago-Bernabéu. À peine assis sous sa guérite, l'Italien comprend que l'apport du Français est aussi évident qu'un nez au milieu de la figure. Ce combat n'économise pas à l'Italien de nombreuses déclarations d'amour face-caméra envers le Français. Des justifications médiatiques permanentes contre le diktat des statistiques. Samedi dernier, après son 25e doublé sous la liquette du Real Madrid, Carletto en a encore rajouté une couche : "Le but qu'a marqué Karim est un but de qualité. Il a une frappe fantastique. Il faut le féliciter, pas seulement pour ses buts, mais également parce qu'il aide l'équipe." L'équipe, justement, et son équilibre sont les chevaux de bataille de l'ancien entraîneur du PSG. Sans ses incessants décrochages au milieu, son apport à la récupération – il gratte plus de deux ballons par match, tandis que le Portugais et le Gallois atteignent péniblement le demi-ballon récupéré par rencontre –, difficile d'imaginer une telle liberté pour ses deux comparses, libres de tout travail défensif dans le 4-4-2 défensif du Real.

Entre Cristiano Ronaldo et...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant