Benoît Hamon : «On n'est pas loin des frondeurs...»

le
2
Benoît Hamon : «On n'est pas loin des frondeurs...»
Benoît Hamon : «On n'est pas loin des frondeurs...»

« On va le dire plus fort. » Le ministre de l'Education nationale Benoît Hamon sort de sa réserve. Comme Arnaud Montebourg, il est désormais décidé à dire tout haut tout ce qu'il pense (ou presque) de la politique menée par François Hollande.

« On ne peut pas fronder dans le gouvernement, nous confie le ministre de l'Education nationale qui sera avec Montebourg aujourd'hui à Frangy (Saône-et-Loire). Chacun son rôle. Mais cela ne signifie pas qu'on ne va pas dire des choses. » En clair, le tandem veut peser de l'intérieur. « A Frangy, ce ne sont pas juste deux leaders de l'aile gauche qui s'exprimeront, ce sont deux ministres et pas n'importe lesquels, celui de l'Economie, chargé de la Redistribution et de la Production, et celui de l'Education nationale, chargé de lutter contre les inégalités à l'école », précise Hamon. Mais dans son discours, il plaidera aussi pour une aide rapide au pouvoir d'achat des ménages. « La relance de la demande est la condition de la réussite de la politique de l'offre qui a été faite depuis deux ans, insiste-t-il auprès de notre journal. On ne peut rien vendre aux Français s'ils n'ont pas des revenus suffisants. » Le risque de déflation et la politique allemande seront aussi dans le viseur. « M me Merkel ne peut plus être celle qui donne le la de l'orientation européenne, estime Hamon. L'Allemagne sert ses intérêts personnels et pas ceux de l'Europe. »

>> QUESTION DU JOUR. Etes-vous choqué qu'un ministre critique son gouvernement ?

«Notre volonté est de peser au sein même du gouvernement»

Un discours qui fera chaud au coeur des députés très critiques vis-à-vis du gouvernement, dont certains seront à Frangy. « Arnaud et moi ne sommes pas loin des frondeurs, mais notre problème n'est pas d'en prendre la tête, explique Hamon. Notre volonté est d'être au service d'un rassemblement de la gauche et de peser au sein même du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le dimanche 24 aout 2014 à 11:21

    Deux ans et demi de perdus:l’état DOIT FAIRE DES ÉCONOMIES IMPORTANTES.RÉDUIRE DE MOITIÉ LE NOMBRE DES DÉPUTÉS,PLAFONNER TOUS LEURS REVENUS INDEMNITÉS ET AVANTAGES À 5 FOIS LE SMIG. SUPPRIMER LE SÉNAT.REVENIR À LA SEMAINE DES 40H POUR TOUS,LA RETRAITE À 65 ANS POUR TOUS, 3 JOURS DE DÉLAIS DE CARENCE EN ARRÊT MALADIE POUR TOUS.TERMINER LES PROMOTIONS AUTOMATIQUES À L'ANCIENNETÉ DANS LA FONCTION PUBLIQUE. RÉDUIRE DE MOITIÉ LE NOMBRE D'ÉLUS DES NOUVELLES RÉGIONS

  • M3182284 le dimanche 24 aout 2014 à 10:16

    être méprisable qui est obsédé par ses propres intérêts. C'est la nature humaine, mais la dimension vomitive de Hamon vient de l'exercice de sa profession: manipuler des masses crédules pour s'attirer leurs suffrages. Se démarquer d'Hollande quand ses sondages sont au plus tout en conservant son salire de ministre, accuser l'Allemagne de joueur seul quand ce vermisseau aimerait que les allemands fassent l'effort à la place de ses électeurs franco arabes