Benjamin Mendy, un coup à jouer

le
0
Benjamin Mendy, un coup à jouer
Benjamin Mendy, un coup à jouer

Layvin Kurzawa blessé, Patrice Évra a fait son retour en équipe de France à trente-cinq ans. Un signal pour tous les postulants au poste de latéral gauche des Bleus : il va falloir encore travailler. Reçu cinq sur cinq par Benjamin Mendy ? À vingt-deux ans, le Monégasque fait partie des mieux armés pour frapper à la porte de la sélection.

Leonardo Jardim n'est pas peu fier. En sélection française, Djibril Sidibé et désormais Thomas Lemar. Mais le technicien portugais voit plus loin, d'autres Monégasques seront à terme dans les listes de Didier Deschamps. Et parmi ces futurs internationaux, il cite Benjamin Mendy comme une évidence. À vingt-deux ans, le joueur formé au Havre apparaît comme une alternative crédible pour les années à venir. Mais pour le court terme et pour pallier le forfait de Layvin Kurzawa face à la Suède, DD a opté pour l'expérience de Patrice Évra, trente-cinq ans et pas forcément toute sa fraîcheur dans dix-huit mois, au début du Mondial russe. Un rappel de l'ancien capitaine qui envoie un message : Layvin Kurzawa et Lucas Digne ont été choisis pour assurer l'avenir, mais derrière eux, il n'y a pas encore pléthore de candidats. Et même le numéro 2, tout joueur du Barça qu'il est, n'inspire pas totale confiance au boss. La preuve qu'il y a encore une place à prendre dans un secteur de jeu en reconstruction ? " Derrière Kurzawa, Digne et Évra, il n'y a personne d'identifié. Benoît Trémoulinas, par exemple, a disparu de la circulation avec sa blessure, estime Mohamed Sall, ancien formateur de Benjamin Mendy au Havre. Pour moi, Benjamin a un potentiel et un niveau proche de Kurzawa, il n'est pas loin. " Il admet cependant que son protégé " n'est pas encore totalement prêt ", un avis auquel fait écho l'actuel patron de la formation havraise Johann Louvel : " Il a de vraies qualités, notamment athlétiques, mais il a encore un vrai palier à franchir dans la rigueur, l'approche défensive. " Et même " l'entraînement invisible, le professionnalisme jusque dans la vie privée ", complète Sall.

Feu rouge pour le poste d'attaquant


L'impression de nonchalance colle à la peau du latéral gauche de Monaco depuis sa formation normande. Son sélectionneur en U19 français, Francis Smerecki, se souvient encore d'un garçon " qui jouait un peu comme il en avait envie, et qui avait du mal à savoir, selon le contexte du match, s'il devait attaquer ou rester derrière

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant