Benjamin Kayser : " On se sent en progression "

le
0
Benjamin Kayser : " On se sent en progression "
Benjamin Kayser : " On se sent en progression "

Après une matinée commando avec les hommes du GIGN, où on a vu les joueurs du XV de France sauter d'un pont ou encore prendre part à une mission de sauvetage, les Bleus sont revenus au jeu, en douceur.

Benjamin Kayser, comment s’est passée cette demi-journée avec le GIGN ?
C’était une matinée plutôt sympa, basée sur la cohésion et l’esprit de groupe. Avec les événements récents, on a énormément de respect et d’admiration pour ce que font ces gars. Ils sont passionnés par ce qu’ils font. Ils sont plein de fierté et d’honneur de défendre la France. On était super heureux de partager ça avec eux. On a beau parler de guerre au rugby mais c’est complètement un autre monde. On n’est pas du tout à la hauteur de ces gens-là. 

Ça fait quoi de se retrouver dans le feu de l’action ?
La première réaction est de dire ''waouh''! Eux sont de vrais guerriers qui risquent réellement leur vie. Ils l'ont encore fait récemment pour défendre la France lors d'un drame qui a touché tout le pays. Cela nous remet à notre place d'hommes privilégiés qui vivent de notre passion. Il y a toutefois un réel fil conducteur qui est de défendre la nation. On est très fier d’être défendus par des gars comme ça, déterminés physiquement et psychologiquement. C’est très impressionnant. 

Ça change des autres activités que vous avez pu faire auparavant ?
Ce n’est pas la première fois qu’on fait ce genre de choses mais ça permet de nous recadrer un peu. Après avoir vu ça, on n’a plus envie de se plaindre par rapport à notre préparation physique. On ne prétend pas être des guerriers ou des combattants. On a vu ça avec beaucoup de respect et d’humilité. 

« Hâte de revoir le ballon ovale » 

Comment se passe cette reprise du jeu tout en douceur ?
On y est allé quand même. On a fait de la mêlée avec une opposition, des ballons portés… Ce qui fait plaisir c’est cette deuxième batterie de tests physiques où il y a des progrès pour tout le monde. L’objectif c’est de transposer ça sur le terrain. On est tous des joueurs de rugby, amoureux du ballon ovale. On a hâte de le revoir. 

Vous avez pu récupérer après une grosse préparation physique ?
Dès que les muscles sont un petit peu frais ils sont martyrisés le lendemain. Après les quatre jours de repos c’était plus quelque chose de mental. On avait besoin de voir autre chose. Il n’y a pas de vraie fraicheur qui arrive, c’est à cause d’une accumulation de boulot. Maintenant on entre dans une phase plus axée sur le rugby. On se sent quand même en progression.

Vous voulez vous concentrer sur un aspect du jeu en particulier ?
L’idée c’est d’avoir plusieurs possibilités tactiques. Après, en France on a une certaine culture de la conquête. On va essayer d’être bien. On va se battre avec nos armes mais on va se préparer au mieux pour être compétitif. Le cahier des charges est bien rempli, rien n’a été oublié. Si on veut avoir des ambitions, il faut être le plus complet possible.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant