Benítez, le goût du grand large

le
0
Benítez, le goût du grand large
Benítez, le goût du grand large

Au fur et à mesure que les jours passaient, la rumeur ne cessait d'enfler. Et puis ce week-end, la rumeur est devenue réalité : Rafael Benítez est le nouveau coach de Newcastle United. Malgré deux passages en Premier League, l'ancien entraîneur du Real Madrid va encore devoir faire ses preuves. La faute à l'impatience.

Sale temps pour le Real Madrid. Battu sur la pelouse de Villarreal pour la troisième défaite de sa saison, les Blancos comptent cinq points de retard sur leur grand rival, le FC Barcelone. « C'est impossible de dire à Benítez de partir après seulement trois mois quand on pense qu'il est la personne idéale pour cet essor. »Florentino Pérez, menteur menteur Devant les micros de l'émission El Larguero le 17 décembre dernier, les mots du président Pérez sont forts. "Benítez est l'entraîneur du Real Madrid, et nous l'avons choisi parmi beaucoup pour être la personne adéquate au problème que nous avions. Nous avions gagné la Coupe du monde des clubs, mais depuis janvier (2015, ndlr), nous souffrions d'une détérioration progressive. La défaite face à Schalke, le 4-0 au Calderón, l'élimination de la coupe. Nous étions sur une pente descendante et nous avions besoin d'un nouvel essor. C'est impossible de dire à Benítez de partir après seulement trois mois quand on pense qu'il est la personne idéale pour cet essor. Il faut lui donner du temps."

Benítez, chronique d'un échec annoncé
Mais du temps, à Madrid, il n'y en a plus. Trois semaines après ses déclarations pour conforter le coach dans sa position, Pérez annonce le remplacement de Rafa Benítez par Zinédine Zidane. Et si tous les médias présents voient dans cette déclaration l'officialisation du double Z au poste d'entraîneur, Benítez quitte le Real par la toute petite porte, après cinq mois passés à la Maison Blanche. Personne ne le sait encore, mais deux mois plus tard, Benítez s'engagera à Newcastle United. Oui oui, le dix-neuvième de Premier League.

Pression omniprésente


Si l'aura de l'entraîneur Benítez a pris du plomb dans l'aile suite à ce passage manqué à Madrid, force est de constater que cet échec est aussi dû à la crise interne que subissent les Madridistas depuis plus d'un an maintenant. Benítez est arrivé dans la capitale espagnole pour apporter de la sérénité.…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant