Benitez, cœur de meringue

le
0

On l'attendait tous, c'est enfin tombé : Rafael Benitez sera le nouvel entraîneur du Real Madrid. Si l'info a rapidement fuitée en coulisses, son arrivée au sein de la Maison Blanche est tout sauf un hasard. Ancienne gloire du FC Valence, le vieux briscard viendra pour redonner au Real une suprématie nationale. Vamos, Rafa !

Propre fondateur de sa riche histoire, le Real Madrid peut se vanter d'être le club le plus titré d'Espagne comme en Europe. 32 championnats, 19 coupes d'Espagne et, bien évidemment, 10 ligues des champions. Ça pose un mythe. Avec ce statut, les Blancos siègent au sommet du classement des palmarès mondiaux. Cependant, si cette étiquette de colosse constitue une distinction unique, le devoir de rester maître en son royaume coule de source. Problème : entre 2009 et 2015, la Casa Blanca a vu sa réputation sérieusement remise en cause en Liga. En sept championnats disputés, seul un seul cru, le 2011-2012, voit le club royal monter sur la plus haute marche du podium. Certes, le Barça de Guardiola n'est pas anodin dans ces miettes de pain données à un club habitué au caviar. Mais au-delà de cette querelle, ce sont les résultats des coachs engagés qui laissent perplexe. Mis à part José Mourinho – parti après avoir obtenu la tête du directeur sportif Jorge Valdano et construit un Real aux antipodes de sa tradition du beau jeu – ni Juande Ramos, ni Mauricio Pellegrini n'avaient l'étoffe pour dominer le FC Barcelone. Pire, puisque même lorsque Pep est parti, le Mou a finalement dû s'incliner devant le collectif du regretté Tito Vilanova. Désireux de s'accaparer cette Décima, le Real est arrivé à ses fins grâce à Ancelotti, fin limier en Coupe d'Europe, mais considéré à raison comme le Poulidor des championnats. Un scudetto en 2004, une Barclay's Premier League en 2009, un Hexagoal en 2013, et donc, une bulle pour deux années passées en Espagne. Pour remédier à cette mauvaise endurance, le père Pérez choisit désormais un remède de grand-mère, appelé Rafael Benitez.

L'enfant de Castille


C'est bien simple, avant Diego Simeone et son Atletico Madrid blindé à la grinta, le dernier entraîneur à avoir remporté la Liga avec une équipe autre que le FC Barcelone ou le Real Madrid, c'était Rafa. En 2004, son succès avec le FC Valence ne faisait que couronner l'équipe la plus constante au cours de la saison. Pourtant, au plus profond de lui-même, Benitez devait avoir un certain chagrin de voir s'achever l'époque des Galactiques du Real. Lui, le natif de Madrid, aficionado dès son plus jeune âge au sein du Santiago Bernabéu. Lui encore, l'ancien libéro de la Castilla madrilène, handicapé d'une blessure coriace au genou et obligé de raccrocher les crampons à seulement 26 ans. Lui toujours, nommé…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant