Bénin-Fermeture des bureaux de vote après la présidentielle

le
0
    COTONOU, 20 mars (Reuters) - Les bureaux de vote ont fermé 
leurs portes dimanche soir à l'issue du second tour de 
l'élection présidentielle au Bénin et les opérations de 
dépouillement ont débuté pour déterminer qui, du Premier 
ministre sortant, Lionel Zinsou, ou de l'homme d'affaires 
Patrice Talon, l'a emporté. 
    Des résultats provisoires devraient être annoncés par la 
Commission électorale dès lundi. 
    Les observateurs estimaient que la participation, dimanche, 
était inférieure à celle du premier tour, le 6 mars, qui avait 
atteint les 64%. 
    Au premier tour, Lionel Zinsou, soutenu par le chef de 
l'Etat sortant Boni Yayi et par le Parti du renouveau 
démocratique, principale formation de l'opposition, avait obtenu 
28,% des suffrages contre 24,8% pour son adversaire. 
    De nationalité franco-béninoise, Lionel Zinsou, est contesté 
par le parti au pouvoir, la FCBE (Force Cauris pour un Bénin 
émergent), et par les syndicats qui lui reprochent d'avoir passé 
une grande partie de sa vie en France, à l'écart de la politique 
locale. 
    Des forces de sécurité avaient été déployées près des 
bureaux de vote et peu de difficultés ont été signalées 
dimanche. 
    "Je suis heureux que tout soit calme au Bénin. J'espère que 
tout se passera bien. La démocratie fonctionne", avait déclaré 
Paul Abjibi, peu de temps après avoir voté à Abomey-Calavi, une 
ville des environs de Cotonou, la capitale économique du pays. 
    Après un premier tour serré, l'issue du scrutin est 
incertaine. La campagne électorale a été largement consacrée à 
l'économie qui paye le prix du ralentissement observé chez le 
grand voisin nigérian, son principal partenaire économique et 
grand producteur de pétrole. 
    Malgré des accusations lancées ça et là contre les deux 
prétendants à l'élection présidentielle, soupçonnés par certains 
d'acheter des votes, cette élection devrait affermir le régime 
politique béninois, passé de la dictature à la démocratie 
pluraliste en 1991, souvent présenté comme exemplaire dans la 
région. 
 
 (Allegresse Sassé,; Nicolas Delame et Eric Faye pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant