Benghazi : Obama promet que «justice sera faite»

le
0
Un an après la chute de Kadhafi, l'attaque de Benghazi impose un douloureux réveil à Washington.

Onze ans jour pour jour après le 11 Septembre, le «choc des civilisations» et la réalité brutale d'un islam radical qui fait feu de toute provocation pour mener sa guerre contre l'Occident rattrape une Amérique qui, pour cause de campagne électorale, avait mis les affaires du monde entre parenthèses. Le réveil est difficile à Washington après l'euphorie de la libération de la Libye du joug du dictateur Mouammar Kadhafi par une coalition occidentale menée par la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis. Pour la première fois depuis 33 ans, un ambassadeur américain a été tué à Benghazi. Le consulat a été incendié après une attaque ressemblant fort à un acte de guerre. Un assaut similaire, quoique sans victimes, a été mené contre l'ambassade américaine du Caire, où la bannière étoilée a été arrachée par les assaillants et remplacée par un drapeau noir islamiste.

«Comment cela a-t-il pu se produire dans un pays que nous avons aidé à libérer et un

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant