Bénévoles et premiers sur les secours

le
0
Bénévoles et premiers sur les secours
Bénévoles et premiers sur les secours

Ils sont sur les bords des terrains, y entrent rarement, ne touchent jamais le ballon. En revanche, ils peuvent sauver des vies. Les premiers secours du foot sont des anges gardiens discrets.

Deux minutes. C'est le temps pendant lequel le cœur de Claude François s'est remis à battre, le 11 mars 1978. C'est aussi l'intervalle de temps pendant lequel ses chances de survie auraient été multipliées par dix si un massage cardiaque et un bouche-à-bouche avaient pu lui être administrés juste après son électrocution. Matt Pokora ne lui rend pas forcément hommage avec ses reprises, mais il a peut-être tiré ses réflexes du décès de Cloclo. Quand, le 19 mai dernier, il se précipite sur un David Ginola en plein malaise cardiaque, il lui sauve tout simplement la vie de quelques compressions bien senties. L'ex Linkup devient l'égérie de ceux dont on parle moins, mais qu'El Magnifico n'oublie pas de remercier : " Les premiers secours ont été évidemment très importants. Les massages cardiaques prodigués par tous mes amis qui étaient sur le terrain, le SAMU, les médecins et les infirmières qui ont fait tout ce qu'il fallait, ont permis que je sois ici devant vous. " Pour son retour sur les plateaux télé, Ginola le sait mieux que personne : au-delà du show, il y a la vie. Et ses anges gardiens.

Le pourcentage qui change tout


Dans la vie comme dans le foot, le monde se divise en deux catégories, " deux cadres qui n'ont rien à voir ", selon le docteur Maillé, à la direction du Centre médical sportif de Clairefontaine. " Pour les amateurs, au quotidien, il n'y a rien. Dans un club de PH parisienne, il n'y a rien d'autre que madame et monsieur Toulemonde. " Pourtant, si le sport est bon pour la santé, il peut aussi être fatal. Douze décès sont à recenser sur les terrains de France pour l'année 2012. Alors la Fédé s'appuie sur les ligues et les districts pour former " au moins un dirigeant, un entraîneur ou un arbitre par club ". Et lance des campagnes de formation aux gestes qui sauvent en cas de commotion cérébrale, ou contre la mort subite. Quand elle n'apprend pas, au contraire, qu'il ne sert généralement à rien d'avoir recours aux premiers secours devant une crise épileptique.


De l'autre côté de la pyramide, on trouve Franck Le Gall, le doc de l'équipe de France. Lui est " un…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant