Bénéficiez du crédit d'impôt pour un bien que vous n'habitez pas encore

le
0

Isoler, changer le chauffage ou les fenêtres chez soi donne droit à un crédit d’impôt de 30%. Mais il faut s’entourer de précaution pour en profiter si l’on n’habite pas encore le logement à rénover.

Vous venez d’acheter un logement, et il faudra faire les travaux avant de vous y installer? Ou bien, retraité depuis peu, vous comptez louer votre appartement parisien pour profiter à plein temps dans votre maison de campagne, et là encore, des travaux s’imposent au préalable? Dans les deux cas, vous pouvez bénéficier du crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE), qui vient d’être mis en place par la loi de finances pour 2015. Mais vous devez prendre certaines précautions.

En principe, pour avoir droit à l’avantage fiscal, le logement doit être votre résidence principale au moment où vous réglez la facture de l’artisan qui a mené les travaux. «Mais l’administration tolère un délai de six mois entre le paiement et la date à laquelle vous faites réellement du bien votre domicile» explique Étienne Le Dû, juriste à l’Agence nationale d’information sur le logement. «L’administration peut même accepter que vous ayez fait des travaux éligibles au crédit d’impôt dans votre ancienne résidence principale, puis dans la nouvelle. Vous en bénéficiez deux fois dans l’année, pour deux logements différents… sous réserve de ne pas dépasser le plafond des dépenses: 8000€ pour une personne seule, 16.000€ pour un couple, majoré de 400€ par personne à charge» précise-t-il.

En cas de redressement fiscal

Mais en cas de contestation de l’administration, c’est à vous de prouver la date à laquelle vous vous êtes installé dans votre nouvelle demeure. «En principe, il suffit de mentionner le changement de domicile dans la déclaration de revenus, où vous pouvez même préciser à quelle date vous avez déménagé en cours d’année», souligne Christiane Richard, avocate fiscaliste à Paris. Par précaution, vous pouvez aussi signifier votre changement de domicile par lettre recommandée aux services fiscaux. «En cas de problème, de nombreuses preuves peuvent être fournies: une facture d’électricité en hausse par exemple si votre résidence secondaire est devenue votre résidence principale», ajoute-t-elle.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant