Bénéfice et CA trimestriels de GE dépassent le consensus

le
0
BÉNÉFICE ET CA TRIMESTRIELS DE GE DÉPASSENT LE CONSENSUS
BÉNÉFICE ET CA TRIMESTRIELS DE GE DÉPASSENT LE CONSENSUS

par Scott Malone

(Reuters) - General Electric a annoncé vendredi une hausse de 7,5%, meilleure qu'attendu, de son bénéfice au quatrième trimestre et d'une forte hausse de ses commandes en attente, des résultats salués par une nette progression de son action à Wall Street.

Le premier conglomérat américain a notamment bénéficié au quatrième trimestre d'une forte hausse des profits de ses activités de réacteurs d'avions et d'équipements pour le secteur pétrolier et gazier, une évolution qui valide la stratégie du directeur général, Jeff Immelt, de renforcer la présence de GE dans le secteur de l'énergie ces dernières années.

Le carnet de commandes en attentes, considéré comme un baromètre de l'évolution future du chiffre d'affaires, a atteint fin décembre un niveau sans précédent de 210 milliards de dollars, contre 203 milliards au troisième trimestre.

"Le carnet de commandes est très bon. Je ne m'attendais pas à une hausse de sept milliards, soit 3,5%, du carnet de commandes" a commenté Jack De Gan, responsable des investissements d'Harbor Advisory, une société actionnaire de GE. "Les commandes ont dû être très bonnes au quatrième trimestre dans la branche industrielle."

Sur le New York Stock Exchange, l'action GE gagnait 2,67% à 21,87 dollars à 15h54 GMT alors que l'indice Standard & Poor's 500 perdait 0,18%.

La vigueur de la demande en Chine et dans d'autres pays producteurs de pétrole a contribué à compenser les soubresauts de l'économie aux Etats-Unis et en Europe, a expliqué Jeff Immelt.

"Nous constatons une réelle solidité des marchés émergents et les régions développées se sont stabilisées", a-t-il dit lors d'une téléconférence avec des investisseurs.

LA MARGE D'EXPLOITATION PROGRESSE

GE, numéro un mondial des turbines électriques et des moteurs d'avion a publié un bénéfice net pour les trois derniers mois de 2012 de 4,01 milliards de dollars (3,00 milliards d'euros), soit 38 cents par action, contre 3,73 milliards, soit 35 cents par action, l'année précédente.

Hors éléments exceptionnels, le BPA est de 44 cents, soit un cent de plus que le consensus Thomson Reuters I/B/E/S.

Le chiffre d'affaires a augmenté de 3,6% à 39,33 milliards de dollars (consensus: 38,76 milliards).

Toutes les divisions du groupe ont vu leurs bénéfices augmenter sur octobre-décembre. Ceux de l'activité de moteurs d'avions ont bondi de 22% et ceux de GE Oil & Gas, qui regroupe les équipements pour les secteurs pétrolier et gazier, ont progressé de 14%.

Quant aux profits de GE Capital, la division financière, ils ont augmenté de 6%.

"Ils ont bénéficié d'une bonne croissance organique dans leurs activités industrielle. GE Capital a été un contributeur important", a dit Oliver Pursche, président de Gary Goldberg Financial Services.

Parallèlement au développement des positions du groupe dans le secteur de l'énergie, Jeff Immelt a entrepris depuis plusieurs années de réduire les coûts du groupe, avec pour objectif une marge d'exploitation de 15,8% environ fin 2013, contre 15,1% en 2012 et 14,8% en 2011.

Au cours de clôture de jeudi, l'action GE affichait une hausse d'environ 12% sur un an, contre +9% pour l'indice Dow Jones.

Constance De Cambiaire, Wilfrid Exbrayat et Marc Angrand pour le service français, édité par Nicolas Delame

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant