Bénéfice en hausse pour Bank of America grâce au trading actions

le
0
BANK OF AMERICA PUBLIE UN BÉNÉFICE TRIMESTRIEL EN HAUSSE DE 70%
BANK OF AMERICA PUBLIE UN BÉNÉFICE TRIMESTRIEL EN HAUSSE DE 70%

par Peter Rudegeair

NEW YORK (Reuters) - Bank of America a publié mercredi un bénéfice net du deuxième trimestre en hausse de 70% et supérieur aux attentes, dopé par une baisse de ses coûts d'exploitation et la bonne performance de ses activités de vente et trading d'actions.

Le résultat de ses activités de courtage auprès de particuliers et de celles de gestion d'actifs a augmenté de 38%, tandis que celui des activités de trading, hors ajustements comptables, a fait un bond de 57%, a annoncé la deuxième banque américaine par les d'actifs.

Le métier de banque de détails et crédit aux entreprises a dégagé un bénéfice trimestriel en hausse de 15%.

Dans l'ensemble, la banque a réalisé sur la période avril-juin un bénéfice net attribuable aux porteurs d'actions ordinaires de 3,57 milliards de dollars, soit 32 cents par action, contre 2,10 milliards, soit 19 cents par action, un an auparavant, sur un produit net bancaire (PNB), déduction faite des charges d'intérêts, en hausse de 3,5% à 22,73 milliards de dollars.

Le consensus des analystes de Wall Street établi par Thomson Reuters I/B/E/S de 25 cents pour le bénéfice par action.

L'action Bank of America s'adjuge 1,15% à 14,08 dollars vers 14h45 GMT, surperformant l'indice sectoriel des valeurs financières de S&P qui ne prenait que 0,16%.

Depuis le début de l'année, le titre a pris 20%, moins que la progression de 25% affichée parallèlement par l'indice KBW des banques qui a gagné 25%.

Les frais d'exploitation de la banque ont été ramenés à 16,02 milliards de dollars contre 17,05 milliards il y a un an, le directeur général Brian Moynihan ayant fait de la baisse des coûts une priorité depuis sa prise de fonction en 2010.

La banque a lancé en 2011 un plan d'économies de huit milliards de dollars par an et fixé un objectif de baisse des coûts de 1,5 milliard par trimestre d'ici la fin 2013.

Le produit des ventes et du trading de sa division marchés mondiaux a augmenté de 11,2% à 4,15 milliards de dollars, hors ajustements comptables. Cette activité a dégagé un résultat de 935 millions de dollars contre 595 millions, hors ajustements comptables ayant permis à la banque de dégager des gains et des pertes sur des changement de valorisation de sa propre dette.

Les performances de son activité de ventes et trading actions ont été particulièrement bonnes, celle-ci ayant dégagé des revenus en hausse de 53% à 1,2 milliard de dollar.

En revanche, le produit de ses ventes et du trading sur les marchés de taux, des devises et des matières premières a chuté de 296 millions de dollars à 2,3 milliards. La plupart des autres banques ont amélioré leurs performances sur les marchés obligataires, mais la volatilité des rendements a affecté l'activité sur titres hypothécaires de Bank of America.

Le produit de son activité bancaire au niveau mondial a augmenté de 5,9% à 4,14 milliards, grâce notamment à une hausse de 24% des commissions perçues par la banque d'investissement.

Le produit de son activité de prêts aux particuliers et aux entreprises a été quasiment inchangé à 7,43 milliards de dollars, tandis que le revenu de ses activités de gestion d'actifs et de fortune a augmenté de 10% à 4,50 milliards de dollars, soutenu par une hausse des frais de gestion.

La marge net d'intérêt, mesure de la rentabilité des prêts d'une banque, a été portée à 2,44%, contre 2,21% un an auparavant.

JPMorgan Chase, Wells Fargo, Citigroup et Goldman Sachs ont, elles aussi, ces derniers jours, battu le consensus pour le deuxième trimestre. Mais les réductions de coût de Bank of America ont été particulièrement importantes, ce qui lui a permis d'améliorer sensiblement ses profits.

Avec Anil D'Silva à Bangalore, Juliette Rouillon pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant