Ben Yedder : Penaltys maudits

le
0

Face à Saint-Etienne samedi, Ben Yedder a buté sur Stéphane Ruffier sur penalty. Loin d’être une première pour l’attaquant du TFC qui n’est pas loin d’avoir un bilan négatif dans ce secteur…

Wissam Ben Yedder se serait bien plu dans le Stade Rennais du début de saison… En 2015, le club breton était resté sur une série de six penaltys consécutifs ratés par cinq joueurs différents. Samedi à Saint-Etienne, l’attaquant du TFC a ajouté un nouveau manqué à sa collection. Même si on ne peut vraiment dire qu’il l’a mal tiré. Mais Stéphane Ruffier, en état de grâce dans le Chaudron, a repoussé sa tentative grâce à une main droite ferme dès la 5eme minute de jeu. Comme le rappelait Opta après la rencontre, Wissam Ben Yedder a tiré onze penaltys en Ligue 1. Bilan : six marqués, cinq ratés (tous arrêtés par le gardien adverse). Personne n’a manqué plus de penaltys en Ligue 1 que le natif de Sarcelles en Ligue 1 depuis 2013-2014.

Dupraz n’en veut pas à Ben Yedder

Pire, « WBY » est le premier joueur à rater trois penalties sur une même saison de L1 lors des dix derniers exercices. Pas de quoi pourtant rendre Pascal Dupraz hors de lui après le match nul (0-0) qui permet au TFC de croire encore au maintien compte tenu des défaites de Reims et du Gazélec Ajaccio. « J’ai deux attaquants qui sont juste géniaux (Wissam Ben Yedder et Martin Braithwaite) et qui ont une qualité rare. Il se trouve que ce soir (samedi), ils n’étaient pas en réussite mais il y a fort à parier que, dans les semaines à venir, tout ceci sera oublié, espère le coach du TFC en conf’ de presse d’après-match. Quand je vois leur qualité, je me dis que cela serait un crime que le TFC descende en Ligue 2. Avant de s’en aller, ils ont envie de laisser leur club au meilleur niveau donc c’est bon signe. » Et si Ben Yedder peut offrir le maintien aux Violets sur un penalty, sa sortie n’en sera que plus belle.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant