Ben Yedder, le malaise est profond

le
0
Ben Yedder, le malaise est profond
Ben Yedder, le malaise est profond

Toujours marqué par l'attitude de ses dirigeants pendant le Mercato, Wissam Ben Yedder s'est enfermé dans un mal-être qui transpire à chacune des sorties du Téfécé. Samedi, la cassure a semblé encore plus grande.

Les « Go Wissam » hurlés de concert dans la semaine par les supporters du Téfécé dans une vidéo de soutien n’y ont rien changé. Le malaise Wissam Ben Yedder (25 ans) est toujours présent. Il semble même chaque jour un peu plus profond. Samedi, contre Reims (2-2), le meilleur buteur toulousain des deux dernières saisons a offert un centre en or à Braithwaite après avoir enrhumé son défenseur. Pourtant, lorsque le Danois est venu féliciter son passeur, aucun sourire n’a jailli des lèvres de Ben Yedder. Toujours pas remis du sort que lui ont réservé ses dirigeants pendant le Mercato, le joueur tire la gueule et traîne les pieds. « WBY » pensait rejoindre le FC Séville. Olivier Sadran l’a bloqué. Comme le président de Toulouse a également empêché son joueur vedette de rejoindre Marseille et Lyon, tout récemment, après la grave blessure de Nabil Fekir.

Seul Just Fontaine…

Trois « coups de poignards » que Ben Yedder n’a pas encaissés, et qu’il n’est visiblement pas prêt à pardonner au Téfécé. Samedi soir, pas un seul moment il n’a semblé prendre du plaisir sur la pelouse du Stadium. Remplaçant contre Rennes au match précédent, il était pourtant de nouveau titulaire face aux Rémois. Mais ni sa passe décisive pour Braithwaite ni la belle première mi-temps réalisée par son équipe n’ont semblé lui redonné goût à un seul moment au football. C’est simple : seul Just Fontaine, lui adressant quelques mots au creux de l’oreille avant de donner le coup d’envoi fictif, a déridé Ben Yedder pendant trois secondes. Ensuite, le joueur d’origine tunisienne s’est de nouveau enveloppé dans sa cape d’homme meurtri.

Si Toulouse compte sur Ben Yedder…

Wissam Ben Yedder semble en vouloir à tout le monde aujourd’hui au club. En premier lieu à Olivier Sadran, sans qui il évoluerait aujourd’hui dans un club prestigieux en France ou ailleurs, mais également à son entraîneur, Dominique Arribagé. D’ailleurs, lorsque ce dernier l’a remplacé par Pesic à l’heure de jeu samedi soir, l’attaquant l’a complètement ignoré. Arribagé n’a pas perdu espoir de retrouver un jour un Ben Yedder heureux au Téfécé. Mais il sait que le chemin sera long. « Wissam n’est pas forcément heureux en ce moment. A nous de faire en sorte qu’il le soit demain, afin qu’il s’éclate dans ce groupe comme ses coéquipiers. On va essayer de l’aider à refaire surface, indique Arribagé. Mais cela doit venir de lui en grande partie. » Après ce qu’il a vécu cet été, il serait surprenant que Ben Yedder y mette vraiment du sien.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant