Ben Khalfallah : "J'ai pris une grosse claque" .

le
0
Ben Khalfallah : "J'ai pris une grosse claque" .
Ben Khalfallah : "J'ai pris une grosse claque" .

Recrue appréciée du Melbourne Victory depuis janvier 2014, et multiple passeur décisif d'un collectif fraîchement auréolé d'un titre de champion national, Fahid Ben Khalfallah a pris le temps de faire un petit bilan de son expérience australienne. Celui qui, à 32 ans, vient de prolonger son contrat jusqu'en 2017, est une véritable star chez les Aussies. Mais après quelques jours de vacances à Bordeaux – l'un des amours de sa vie –, le milieu de terrain a repris rapido l'avion pour l'Océanie.

Fahid, quel bilan tires-tu de ta première saison en Australie ? Nous avons fini premiers de la saison régulière, puis champions au terme des play-offs (succès 3-0 face au FC Sydney, en finale, ndlr) Mais ce qui m'a le plus surpris, c'est que j'ai pris une grosse claque quand je suis arrivé !
Pourquoi ? Parce que je m'attendais à jouer devant 500 ou 1 000 personnes Quand tu arrives là-bas, que tu es français, tu penses de suite plutôt au rugby. Mais non : lors du premier match, il y en avait 50 000 ! J'ai vu des installations supérieures, en qualité, à ce que j'ai connu en France, et j'ai eu une belle surprise, vraiment.
Et niveau du foot, c'est comment ? Là, pareil. Belle surprise aussi. Sur du long terme, il faut voir, mais certaines équipent pourraient évoluer dans le haut du tableau en Ligue 2, pour les meilleures, par exemple. Sur une saison complète, ce n'est pas évident, mais il y a du potentiel. D'ailleurs, Sydney n'a perdu dernièrement que 1-0 face à Chelsea et Tottenham, et Brisbane a battu Villarreal 3-0, tandis qu'Adelaïde perdait de peu contre les Espagnols (2-3) !
Tu n'as donc aucun regret d'avoir quitté la France ? Non. Bon, le seul, c'est peut-être par rapport à Bordeaux J'ai aimé ce club, je suis amoureux de Bordeaux, mais je n'y ai pas réussi comme je l'aurais voulu. Peut-être aussi que j'aurais aimé avoir Sagnol comme entraîneur, et avoir ma chance de jouer comme je sais le faire, de montrer le joueur que je suis vraiment. J'avais espéré que ça puisse mieux se passer même si j'y ai vécu des moments magnifiques. J'avais rêvé autre chose Sinon, il y a quand même un truc qui m'a fait rire, quand j'ai signé à Melbourne : le maillot est bleu, et il y a un scapulaire blanc dessus Après, ici, j'ai une qualité de vie exceptionnelle Une vie que je n'aurais jamais pu imaginer, même. On joue devant des stades pleins, magnifiques, de gros clubs c'est un truc de fou !
Et toi, tu évolues dans un club au top, donc C'est un gros club aussi, avec deux stades à disposition ! Un dans lequel on s'entraîne, et dans lequel on joue, pour une affluence d'environ 25 000 ou 30 000 personnes, et un autre où l'on joue les gros…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant