Ben Arfa et l'évidence

le
0
Ben Arfa et l'évidence
Ben Arfa et l'évidence

Né dans la région parisienne, Hatem Ben Arfa revient à la source, il s'est engagé pour deux saisons avec le PSG. L'histoire d'un gamin de banlieue qui n'a jamais pris les chemins les plus simples pour arriver au sommet.

28 octobre 2007, l'OL vient cogner le PSG au Parc des Princes. Ce soir-là, un gamin de 20 ans plante deux buts en trois minutes. Il s'appelle Hatem Ben Arfa. C'est tout sauf un inconnu puisque le garçon est présenté comme le futur crack du football français depuis son adolescence. Alors qu'il a poussé ses premiers cris en région parisienne, à Clamart, c'est à l'OL qu'il fait ses classes. Lyon, Marseille, Newcastle, Hull City, Nice pour finalement atterrir à Paris, à 29 ans, à la sortie de sa saison la plus réussie (17 buts, 6 passes en Ligue 1). Ben Arfa au PSG, c'était un rêve de gamin pour le gaucher. Au gré de sa carrière, il a pourtant feinté plusieurs fois sur la notion de "club de cœur", mais dans son petit cœur de banlieusard, Paname fait du bruit. Adolescent, il avait l'écharpe parisienne accrochée au mur de sa chambre. Valdo, Raí, Ronaldinho, Ginola sont des noms qui ont donné des frissons au petit gaucher du 92. "Paris est un grand club, et le club mythique de ma jeunesse" avait-il lâché dans une interview publiée il y a quelques semaines dans le quotidien Le Parisien-Aujourd'hui en France. Ben Arfa au PSG, c'est une évidence, en fait. "Je vis cette signature au Paris Saint-Germain comme un très grand moment de bonheur et de fierté. Le Paris Saint-Germain a toujours occupé une place très particulière dans mon cœur et porter ce maillot au Parc des Princes est un rêve que je poursuis depuis l'enfance. Je suis très honoré que le club m'offre aujourd'hui la possibilité de réaliser ce rêve. Je ferai tout pour porter au plus haut les couleurs de ma nouvelle équipe et rendre fiers nos supporters" a-t-il avancé sur le site de son nouveau club. Comme quoi, le football va vite.

Il est attendu


Il y a un an, le garçon effectuait sa reprise avec l'OGC Nice après une année galère dont six mois à s'entretenir, seul, dans des tournois de foot à 5 avec ses potes d'enfance. En un an, le garçon est (re)devenu un très bon joueur de football, retrouvant même l'équipe de France et une énorme cote de popularité auprès d'une foule qui ne l'a pourtant jamais épargné. Libre de tout contrat, il a…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant