Ben Ali : récit d'une fin de règne pathétique

le
0
À partir de témoignages, le Nouvel Observateur a reconstitué les dernières heures du dictateur déchu sur le sol tunisien. Scènes surréalistes d'un ancien puissant bousculé par sa femme haineuse et poussé à l'exil par les subterfuges de son entourage.

«Monte imbécile, toute ma vie il aura fallu que je supporte tes conneries !» Propos tirés d'une vulgaire scène de ménage au sein d'un vieux couple qui se déchire. Sauf que l'auteur de ces propos n'est autre que Leïla Trabelsi, et le vieux couple celui des Ben Ali, qui a présidé aux destinées de la Tunisie pendant plus de vingt ans. On savait que leur départ du pays, le 14 janvier en pleine révolte populaire, avait été précipité et peu glorieux. Les détails qu'en révèle cette semaine le Nouvel Observateur en brossent un tableau pitoyable et grotesque.

Un vieil homme hagard, gémissant, supplie sur le tarmac de l'aéroport de Tunis : «Laissez-moi, je ne veux pas y aller, je veux mourir ici dans mon pays». C'est Zine el-Abidine Ben Ali, le raïs déchu après avoir régné d'une main de fer sur la Tunisie pendant 23 ans. Ce vendredi 14 janvier, le roi est nu, il a perdu son royaume et c'est poussé par son chef de la police politique, le terrible Ali Seriati, qu'il mo

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant