Belvédère obtient l'accord de ses créanciers sur la dette

le
0

PARIS (Reuters) - Belvédère a annoncé jeudi avoir reçu l'approbation de ses créanciers sur le plan de restructuration de la dette, une première étape importante dans le désendettement du groupe de spiritueux avant le vote prévu des actionnaires.

Le groupe, en redressement judiciaire depuis mars, avait déjà annoncé le mois dernier un "protocole transactionnel", fixant le cadre d'un accord avec une majorité de ses créanciers obligataires après quatre années de conflit.

Réunis les 18 et 19 septembre, le comité des établissements de crédit, le comité des principaux fournisseurs et l'assemblée unique des obligataires se sont prononcés en faveur des propositions d'apurement du passif.

"Ces propositions d'apurement ont été approuvées par les obligataires représentant - en fonction des résolutions - au moins 91% des créances totales obligataires dont 100% de la créance floating rate notes (« Créance FRN »)", précise Belvédère dans un communiqué.

Ce plan, destiné à effacer quelque 534 millions d'euros de dette, dont l'essentiel a été contracté en 2006 pour financer le rachat de Marie Brizard, prévoit que Belvédère rembourse ses créanciers grâce à des cessions d'actifs.

Si le produit de ces cessions n'est pas suffisant pour effacer la dette, les créanciers auront alors la possibilité de convertir leur dette en actions à hauteur de 87% du capital.

"Le prix de la conversion de la créance FRN s'établirait alors à 20,6 euros par action environ par émission d'environ 21 millions de nouvelles actions, à rapporter aux 3,3 millions d'actions actuellement en circulation", indique Belvédère.

Un tel scénario diluerait fortement la participation des actionnaires actuels - dont celle de l'acteur Bruce Willis, emblème de la marque et actionnaire du groupe à 2,6% - qui ne représenteraient plus qu'au total 13% de la société.

FIN DU CONFLIT

L'accord sur le plan d'apurement du passif prévoit également l'arrêt des actions judiciaires en cours et l'engagement des créanciers de ne pas aller de nouveau en justice.

Dans un communiqué séparé, les créanciers FRN se sont déclarés "satisfaits" de l'approbation du projet de restructuration financière.

Certains créanciers du groupe, porteurs d'obligations A, avaient néanmoins fait savoir mardi leur opposition au plan d'apurement de la dette et avaient dit envisager une contestation devant le Tribunal de commerce de Dijon sous 10 jours.

Reste désormais à Belvédère à obtenir le feu vert des actionnaires. Ces derniers doivent se réunir en assemblée générale avant le 20 mars 2013.

En cas d'accord, le plan de redressement reprenant les propositions d'apurement de passif sera présenté au Tribunal de commerce de Dijon courant du premier trimestre 2013.

"Sous réserve du vote positif des actionnaires de la société à qui un effort important mais déterminant pour la suite est demandé, Belvédère va pouvoir reprendre pleinement ses innovations qui ont permis à ses marques d'occuper rapidement une place significative sur leurs marchés", a commenté le PDG Christophe Trylinski.

En Bourse, la nouvelle provoque jeudi un vif repli du titre Belvédère, la spéculation retombant sur la valeur après une envolée de 20% la veille.

A 10h35, l'action Belvédère cède 10,47% à 60 euros, signant une des plus fortes baisses du CAC Mid&Small (-0,28%).

Depuis le début de l'année, la valeur progresse de 25,8%, faisant ressortir une capitalisation boursière de 194,4 millions d'euros.

Blandine Hénault, édité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant